8e Avenue : l’art contemporain et urbain dans tous leurs états

Entre les 22 et 26 octobre dernier, alors que tout Paris se pressait à la FIAC, des irréductibles franchissaient l’entrée du pavillon du salon 8e Avenue, et découvraient une sélection historique et esthétique d’oeuvres autour de l’Art Urbain, des années 70 à nos jours.

Art/ctualité est allé à la rencontre d’une sélection de galeries qui ont misé sur les enfants terribles de l’art :

1

Galerie Taglialatella, Paris : 

LA galerie « blockbuster » de cette première édition de 8e Avenue. Depuis 2010, Nadège Buffe sa directrice, a mis en place un fond abyssal de pièces issues du Street art et du pop art, venant d’Amérique du Nord et d’Europe. Dans un souci de rayonnement auprès du public et des collectionneurs, la Galerie Taglialatella a frappé fort dès le début de la foire avec un objectif simple : faire venir le public grâce aux grands noms (Keith Haring, Andy Warhol et Banksy), pour qu’il puisse découvrir de jeunes artistes moins connus, comme Kouka. Cette mise en avant réfléchie est positive en deux points : d’une part un panel d’artistes ultra célèbres, avec une cote stable  et élevée sur le marché de l’art sont les « valeurs sûres » de la galerie ; d’autre part, de jeunes talents qui commencent à être reconnus sur la scène internationale, dont la cotation grimpe doucement du fait de leur passage chez Taglialatella. 

2-1

Galerie Sala Parès, Barcelone : 

Institution artistique depuis 1877, cette galerie est la plus ancienne galerie d’art d’Espagne. Avec ses 138 ans d’existence, elle a su se développer au point d’exposer de façon permanente plus de 60 artistes. Ah oui, et elle a été la première à avoir exposé le travail d’un certain Pablo Picasso, et c’était en 1901.

Vous l’avez compris, la Galerie Sala Parès flirte avec la stratosphère d’un point de vue exigence. La venue de la galerie sur cette première foire d’art n’est donc pas un total hasard, et sa directrice Josa Ferran a flairé l’opportunité de valoriser ses propres artistes et de démarcher une nouvelle clientèle. Entre le prestige du nom, et la sélection draconienne dont celle-ci a fait preuve pour 8e Avenue, pas de doute possible, les acheteurs présents sont assurés de faire un placement solide. Pour cette première édition, le public a pu découvrir parmi les artistes présentés, trois perles ibériques : Juan Luque, Miguel Macaya et Alejandro Quincoces. Le travail de ces trois artistes porte sur une vision particulière des paysages modernes : l’image semble floutée, filtrée, et apparait comme dans un rêve. Dans la lignée de Turner, ils insèrent dans ces fragments de villes et d’aéroports une once d’abstraction lyrique. Succès garanti. 

3

Galerie David Pluskwa, Marseille :

À Marseille il n’y a pas que des clips de Jul et des AK-47 tenus par les choufs des Quartiers Nord.  Il y a aussi, au 304 de la rue Paradis, un des plus importants fonds d’art contemporain et de Street art du Sud de la France : Combas, Erro, Nicolas Rubinstein, Jef Aerosol etc… De la Figuration Narrative au Street art, David Pluskwa explore grâce sa passion pour l’art, un faisceau étendu de talents. 

L’avantage de cette galerie est que la sélection présentée au public représente une sorte de quinte flush royale artistique. Il y a du graffiti avec Cope2 qui nous replonge dans le Bronx des années 80, de la sculpture avec Luke Newton qui produit des Uzi avec des crayons de couleurs pour enfants, et le meilleur pour la fin : les oeuvres Street-cred de Lenz en Lego.  Voilà l’esprit de la Galerie David Pluskwa et voilà ce qui nous a séduit chez eux: un éclectisme affolant, et en même temps une unité artistique à toute épreuve avec un des discours les plus cohérents de la 8e Avenue. Une galerie que l’on va suivre de très, très près. 

Cette première édition de 8e Avenue est donc une réussite, tant par la diversité des exposants que pour la qualité des oeuvres présentées au regard d’un public jeune, connaisseur, et qui n’hésite pas à interagir sans se poser de questions avec les galeristes et les artistes. Vivement l’an prochain !

Crédits et sources photographiques : 8e Avenue/Galerie Taglialatella/Galerie Sala Parès/Galerie David Pluskwa. 

Les commentaires sont fermés.