Alph Lauren II ou l’art du chill en 31 minutes


Dans l’esprit des sagas, Alpha Wann l’un des membres fondateurs du collectif 1995 dévoile son nouvel EP intitulé sobrement Alph Lauren II. Si ça ne vous dit rien c’est que vous avez fait deux erreurs consécutives : ne pas avoir écouté le premier opus, et ne pas être dans l’optique d’écouter le second.

L’attente aura été longue pour les fans du rappeur au flow si original, et dont l’ami Nekfeu aurait bien voulu une part s’il n’avait pas déjà le sien. Alph Lauren -partie 2- est bien disponible depuis le 15 janvier dernier, huit titres qui font plaisir tout en décevant, paradoxalement, par leur goût de « trop peu ». Certes, c’est un EP donc se plaindre serait ridicule, mais il est vrai que lorsque l’on écoute le premier morceau Protocole, on espère que ça va durer.

Un projet réussi dont les productions sont rondement menées, un mixage soigné et une voix si reconnaissable, Alph Lauren II s’écoute d’une traite à plusieurs reprises et parvient à se faire pardonner de son retard. Les instrus sont au service d’Alpha qui prouve, une fois de plus, sa complicité avec son ami Ken sur le titre A deux pas, amitié en studio comme à la ville, comme nous avions pu déjà le voir dans Flingue et Feu ou l’EP En Sous-Marin dans sa globalité.

Il reste malgré tout certaines phases déplaisantes, car je suis sensible comme vous le savez, mais apparemment dire qu’on est le meilleur et qu’on fait l’amour à de nombreuses demoiselles « c’est le rap » d’après les courriers d’insultes que je reçois. Moi, Alpha je lui pardonne tout ! En plus je l’ai même croisé un jour aux Gobelins (ce n’est pas très intéressant mais c’est pas grave). Sur ce, je retourne écouter Barcelone et Protocole une énième fois et je vous invite à faire de même.

Crédit photo : inter-peura.com

Les commentaires sont fermés.