B4-XVI : le style intemporel

Il fallait que je parle absolument de ce blog qui fait un véritable carton en ce moment sur les internets, et qui met en avant de façon ludique, les ressemblances plus que troublantes, entre l’art d’avant le XVIème siècle et les rappeurs. Curieux mélange n’est-ce pas, de voir les effets de l’intemporalité à travers les époques ! Sur ce Tumblr, la bloggeuse Cécilia Azcarate qui nous vient de New York, nous prouve au fil de ses posts, l’universalité des symboles de pouvoir avec dans la très grande majorité du temps un cartel très précis. Et moi, quand on cite ses sources, ça me plaît grave. Du coup, une fois que le côté marrant disparaît (1 min après avoir zoné sur son site), le côté sérieux s’installe de manière beaucoup plus durable.

En effet, ce site peut amener à reconsidérer sa vision à la fois sur l’art « ancien » et sur son impact sur nos sociétés, nos fonctionnements et nos modes actuels. Rien de plus frappant que de voir la diversité de ses symboles, que l’on pense propres à notre époque, insérés dans un maillage complexe et varié d’un pan de l’histoire de l’humanité. Le parallèle avec une catégorie bien spécifique (l’art, les rappeurs et l’univers hip-hop) nous montre une liste quasi -complète des codes de l’egotrip et de la puissance. Colliers en or incrustés de pierres précieuses, regard hautain, barbe taillée, manteau de fourrure, boucles d’oreilles, attitude virile . Voilà que notre rappeur des bas fonds de Detroit, ressemble étrangement à un noble toscan de la première moitié du XVème siècle. Cet accaparement des codes vestimentaires et sociologiques, est une étape incontournable pour tout sociologue qui se pencherait sur le phénomène très contemporain du rap. Iconographiquement parlant, ces codes sont volontairement ostentatoires (tatouages aztèques par exemple), et le plus souvent, faits pour montrer en un regard la toute puissance de l’individu représenté et ce, quel que soit le support (bronze, toile, terre cuite etc.). Il serait, pour le coup, judicieux de se pencher sur les travaux de Pierce et de Morris sur les symboles, mais je crois que ça peut prendre la tête à certains d’entre vous ! Donc je vais en faire un condensé façon dépêche AFP : ces signes et ces symboles sont une sorte de langage universel, pour les individus qui transcendent les époques et les mentalités (la plupart du temps). Exemple bateau : l’or c’est rare, du coup c’est cher, du coup si j’en ai ça prouve que j’ai de l’oseille, et donc, que j’ai une certaine importance. On peut coller cette « réflexion » à pas mal de sociétés et de périodes de l’Histoire, de l’Antiquité grecque à la Renaissance, et ainsi mieux saisir les modes, et les diverses représentations des personnages, dits « importants ».

Au-delà du jeu de miroirs, entre les époques et les styles à travers des sources archéologiques ou picturales, qui est franchement marrant, cette question de l’image et des symboles devient un sujet très actuel dans nos sociétés. Ils sont justement omniprésents dans nos vie, où l’apparence et la mise en avant des individus est de plus en plus importante. Ce blog qui cible un public ultra large, est aussi un bon moyen de se prendre une bonne dose de culture ludique de façon rapide et efficace. On retiendra mieux un ensemble d’images qui nous a fait sourire avec un bref cartel explicatif, qu’un texte bien long sur le sujet ; c’est une manière réfléchie d’aller à l’essentiel. Alors allez-y faire un saut, ça vaut le coup !

Adresse du blog

Crédits photographiques : Cécilia Azcarate.

Les commentaires sont fermés.