Batman prend place à la galerie Sakura

BATMAN-ARTCTUALITE BATMAN-IS-BACK-ARTCTUALITE BATMAN-SAKURA-ARTCTUALITE BATMAN-SAKURA-GALERIE-ARTCTUALITE

Après avoir mis à l’honneur la saga Star Wars, la galerie Sakura, adepte de la culture geek, met en lumière le célèbre chevalier noir. Jusqu’au 12 juin 2016, l’univers ténébreux et fantastique du super-héros est accessible sous toutes ses formes. Entre mystification, désillusion et ironie, Batman fait l’objet d’une exposition encline à la finesse qui interroge sur les multiples représentations de cette icône.

Des Chauves-souris et des Hommes

Une histoire qui remonte aux années quarante. Le personnage de Batman, créé par Bob Kane et Bill Finger, apparaît pour la première fois en 1939 dans Detective Comics. Depuis, films, livres, émissions de radio, séries, dessins animés, jeux vidéo, et autres produits dérivés ont vu le jour, démontrant le succès planétaire de ce super-héros, devenu aujourd’hui une icône culturelle initiatrice du mouvement Bat-mania.

C’est pour lui rendre hommage, et surtout pour entretenir le lien si particulier du public envers ce personnage, que la galerie Sakura propose du 12 mars au 12 juin 2016 de (re)découvrir Batman, que l’on retrouvera d’ailleurs prochainement sur grand écran dans le très attendu « Batman VS Superman ».

Construire et déconstruire le mythe

En plus de 75 ans, le chevalier noir a donné lieu à différentes interprétations et a transcendé tous les arts. L’exposition « des Chauves-souris et des Hommes », dévoilant sur 250 m2 150 œuvres (sculptures, photographies, illustrations…) de 32 artistes reconnus, est ainsi un voyage à travers le temps. Temps dont Batman ne semble pas marqué, du moins pas physiquement. Car s’il est élevé au rang de divinité par certains artistes, dont Rémi Noel avec « Margot believes in Batman », il est aussi représenté, et notamment par Travis Durden, comme un homme déchu et solitaire.

Se jouant dans un premier temps de la construction et de la déconstruction du mythe Batman, la première partie de l’exposition (salle du haut), invite autant à réfléchir sur la vulnérabilité du justicier masqué, qu’à son pouvoir et sa force comique. En effet, toujours accompagné de sa bat-mobile (quoi que dépendant de certaines situations), Batman évolue dans un univers 100% masculin, mais retravaillé et réinterprété. Ainsi, alors qu’il est l’archétype même de l’homme fort, on le retrouve caché par un rouleau de papier toilette, ou coincé dans une boite de conserve.

Batman, l’homme de toutes les situations et des temps modernes

Finalement, c’est aussi ça le but de l’exposition : montrer que Batman est un héros ordinaire auquel chacun peut s’identifier. Quand il ne part pas sauver le monde, il prend son goûter au café du coin, il fait le thug en taguant les murs, il réfléchit tranquille en haut d’une tour, ou fait son plein au beau milieu de la nuit. Une personne de tout ce qu’il y a de plus ordinaire après tout, aussi inspirante qu’intrigante.

La deuxième partie de l’exposition (salle du bas), reflète davantage l’influence de Batman et ses compagnons sur la pop culture. Du style Lichtenstein à Wharol, en passant par Lewis Forde, on part*** d’un univers majoritairement sombre à une explosion de couleurs et de formes, rappelant bien évidemment l’univers Comics dans lequel Batman a grandi, et nous avec lui.

Bien plus qu’un simple retour en enfance, « Des Chauves-souris et des Hommes » dévoile les multiples facettes de Batman. Chaque artiste livre sa propre vision et interprétation du personnage, parfois de manière décalée, mais toujours de façon contemporaine. La relation homme – animal est par ailleurs subtilement évoquée. Nul doute que les amateurs apprécieront autant que les passionnés !

Antre de Batman
Galerie Sakura
21, rue du Bourg Tibourg – 75004 Paris
Entrée libre du mardi au samedi de 12h à 20h
Les dimanches de 14h à 19h

Crédit photo : Home – Galerie Sakura/Daniel Picard, Elodie Schwartz

Les commentaires sont fermés.