Black Dollar, la bonne surprise de Rick Ross

Alors qu’en France, Maître Gims et Emmanuel Moire caracolent en tête des ventes – oui, parce que bon hein ! Eh ! Oh ! On est un pays de culture – de l’autre côté de l’Atlantique, on retrouve Justin Bieber et The Weeknd – oui, parce que bon hein ! Eh ! Oh! C’est le pays de la culture mondiale, donc c’est forcément mieux. Devant tant de qualité on a hésité à vous parler de ce qui se passait sur la planète musique. Donc, après avoir passé nos tympans au Cif ammoniacal, on s’est aperçu, ô miracle, qu’un certain Rick Ross, après un an de silence, était de retour aux affaires. Au début du mois septembre, le menu maxi best of plus du rap US nous a offert « Black Dollar ». On n’osait plus espérer…

Pour débuter, un premier point positif après celui du retour du grand Rick, cette nouvelle mixtape/album est à apprécier sans modération, d’autant plus qu’elle est disponible en téléchargement gratuit. Quand on dit gratuit, on veut dire légalement gratuit, donc il est inutile de vous jeter sur eMule, Mega Upload, LimeWire ou Shareaza (oui, on n’est pas vraiment à jour et on tourne toujours sous Windows 95).

Un an après avoir offert à ses fans deux albums, Rick Ross est donc de retour avec 17 pistes qui oscillent entre le rap East Coast et le Dirty South, dont il est l’un des ambassadeurs. On retrouve le natif du Mississippi avec une énergie débordante et un flow toujours ciselé, le tout en rappant, entre autre, sur le fric. Mais, attention, Rick Ross change son « Make It Rain » habituel, à coups de je te balance des billets verts d’un hélico, pour nous parler de l’argent qui érode les relations et engendre jalousie et méfiance. Certes, on retrouve toujours des sons aux titres explicites, tel que She Wanna Fuck, mais l’ensemble respire un peu plus la sagesse.

Aux côtés du généreux Rick Ross, une tripotée d’artistes se côtoient, en enchainant les featurings. Ainsi, on rencontre, pêle-mêle, The Dream, Anthony Hamilton, ou encore Future. Enfin, l’ami Rick nous fait le plaisir de rapper sur Bel Air, qui, bien évidemment, est un clin d’œil au génial Will Smith, ainsi que sur Dead Rappers, en mémoire des deux divinités du rap US : Notorious B.I.G et 2Pac.

Et dire, qu’après tout ça, certains préfèrent encore se taper des bassines de Maître Gims et de Bieber…

Les commentaires sont fermés.