Ca s’est passé cette semaine : les origines chinoises de la Joconde

Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Cette semaine, Internet s’est enflammé au sujet d’une nouvelle théorie polémique qui ne laisse personne indifférent : Mona Lisa, la Joconde emblématique peinte par Léonard De Vinci entre 1503 et 1506, serait chinoise. Quoi ? Mais d’où ça sort ça ? Cette théorie aurait émergé de l’esprit pour le moins alambiqué d’un romancier italien affirmant être un historien basé à Hong Kong. Angelo Paratico a longuement développé sa thèse dans le quotidien chinois South China Morning Post. Il a notamment assuré que “derrière Mona Lisa, on voit un paysage chinois, et son visage ressemble lui-même à celui d’une Chinoise”.

On est allé vérifier, juste pour être sûr. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est assez dur de déceler des traits chinois dans ce visage rond et enjôleur qui nous regarde d’une drôle de façon. Quant au paysage naturel que l’on trouve derrière elle, il demeure assez indéfini pour pouvoir correspondre à pas mal d’endroits différents à travers le monde. Angelo Paratico en est pourtant convaincu, Mona Lisa est belle et bien Chinoise. Pour être plus précis, il s’agirait d’une esclave du nom de Caterina que le père de Léonard de Vinci aurait fait venir en Europe. Le soi-disant historien justifie ses dires en affirmant que l’Italie aurait compté beaucoup d’esclaves extra-occidentaux pendant la Renaissance. Pour ne pas demeurer en reste, le romancier-historien-affabulateur ajoute qu’il pourrait s’agir de la mère de Léonard de Vinci. Rien que ça ! Ainsi, des milliers d’experts s’étant penchés sur l’énigme de Mona Lisa auraient tout faux sur l’identité de la Joconde depuis plusieurs années.

Et lui, Angelo Paratico, un romancier inconnu du grand public jusqu’à la semaine dernière, serait à l’origine d’une découverte artistique majeure en cette fin d’année 2014. Problème : le romancier est “sûr jusqu’à un certain point de sa théorie”. Qu’est-ce que cela veut donc dire ? Je n’en dis pas plus, vous l’aurez certainement compris : Angelo Paratico, tout en n’étant pas sûr à 100% de sa thèse, aurait décidé de révéler cette information, capitale pour le monde de l’art, quelques mois avant la publication de son prochain livre en librairie. Simple hasard ? Je ne pense pas. A tous les coups, cette belle opération de publicité lui rapportera gros. Si peu de personnes connaissaient jusque-ici le travail de l’écrivain, il ne fait aucun doute que son futur ouvrage disposera d’une bien plus large audience que s’il n’avait pas révélé ce scoop. Quelle aubaine pour un auteur en manque de notoriété ! Bien qu’il affirme avoir passé deux ans à rassembler des documents pour son futur ouvrage, il semble difficile d’y accorder le moindre crédit tant que son livre ne sera pas effectivement publié. D’ici quelques mois, nous pourrons nous ruer sur son ouvrage pour tenter de déceler le vrai du faux. Jusque-là tous les doutes sont permis. Pour confirmer sa théorie, Angelo Paratico propose d’exhumer certains parents de Léonard de Vinci à Florence pour en extraire l’ADN. Est-ce la prochaine étape ? Pour l’instant, les seuls indices que nous donne l’auteur pour justifier son propos sont assez flous. Selon ses dires, Léonard de Vinci était végétarien, ce qui n’était pas très courant à l’époque en Occident. Il s’agirait là d’un argument irréfutable renvoyant à l’alimentation très saine de la civilisation chinoise. Libre à chacun d’interpréter cet indice comme bon lui semble…

La Joconde a déjà fait couler beaucoup d’encore par le passé. Parmi les autres théories farfelues que l’on peut trouver sur la toile concernant la véritable identité de Mona Lisa, on peut citer pèle-mêle : un autoportrait déguisé, la maîtresse de Julien de Médicis, un transsexuel new-yorkais,… Autant dire un florilège d’inventions toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, dont l’objectif premier est de faire parler. Pari réussi pour Angelo Paratico ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il nous aura bien baladé. Depuis sa révélation, plus de 160 000 commentaires ont été échangé à ce sujet sur les réseaux sociaux.En France, la nouvelle a été relayée par tous les grands médias d’information tels que L’Express, Libération, Le Figaro ou encore 20minutes. Que sa théorie s’avère juste ou non,une chose est certaine : nous ne verrons plus jamais la Joconde de la même manière.

Site de l’écrivain

Crédit photographique: L’Express

Les commentaires sont fermés.