Ça s’est passé cette semaine : Paul McCarthy, scandale et incompréhension

Le scandale fait vendre, Paul McCarthy l’a bien compris. Le nom de cet artiste américain de 69 ans, jusque-là peu connu du grand public français, était sur toutes les lèvres cette semaine. La raison ? L’installation, dans le cadre de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC), de son œuvre Tree, érigée le temps de quelques heures place Vendôme à Paris. Ce gigantesque arbre vert gonflable a déchaîné bien des passions en si peu de temps. En cause, sa ressemblance avec un jouet érotique qui a été peu appréciée par certains, surtout dans un lieu aussi chargé d’histoire que la place Vendôme.
Le travail tout entier de Paul McCarthy est tourné vers l’érotisme. Se disant héritier de l’œuvre de Brancusi, il a créé au fil des années de nombreuses sculptures gonflables aux connotations sexuelles plus ou moins explicites. L’artiste lui-même fait valoir que ses œuvres peuvent être perçues de plusieurs manières différentes selon l’état d’esprit dans lequel on se place. Concernant son œuvre Tree, il admet volontiers avoir créé une sculpture ressemblant à la fois à un sapin de Noel et à un sextoy. C’est ce contraste entre deux univers radicalement opposés qui l’attire et qui alimente sa création.
La méconnaissance de son travail en France est sûrement ce qui justifie les réactions outrées des Parisiens ces derniers jours. Même si la sculpture gonflable en elle-même n’est pas jolie à proprement parlé, elle demeure une manifestation de l’art contemporain et ne doit pas être dénigrée sous prétexte que le public ne la comprend pas. De plus, l’artiste n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réalisé en 2001 Santa Claus, une sculpture gonflable de couleur noire représentant un gnome tenant dans une main une cloche, ou un sextoy pour les esprits les plus mal placés.
Le scénario a viré au drame dans la nuit du 17 au 18 octobre 2014, après que l’artiste ait été attaqué au visage par un inconnu ayant pris la fuite immédiatement après l’agression. A la faveur de la nuit, l’œuvre a été vandalisée et dégonflée, ses points d’attache sectionnés pour la faire tomber. Ces actes de vandalisme gratuits montrent le peu de cas que font certains Français de l’art contemporain, qui demeure bien souvent incompris. Etroitesse d’esprit ou rejet d’une œuvre jugé trop abstraite ? L’auteur de l’agression, de même que les vandales de l’œuvre, sont activement recherchés par les autorités françaises, qui comptent bien les identifier dans les prochains jours.
En attendant, les multiples réactions outrées du public ont eu raison de Paul McCarthy et de son arbre gonflable géant. Celui-ci a annoncé à un journaliste de l’AFP ne pas vouloir “être mêlé à ce type de confrontation et à la violence physique, ou même continuer à faire prendre des risques à cette œuvre“. L’œuvre ne sera donc pas regonflée et quittera prochainement la place Vendôme. Quoiqu’il en soit, cet artiste américain jusqu’alors inconnu des Français a réussi son pari : devenir en l’espace de quelques heures un nom incontournable de l’art contemporain dont beaucoup se souviendront à l’avenir.
Bien que Tree ait été dans l’ensemble plutôt mal accueilli par le public, sa réputation est faite. Et McCarthy n’a pas fini de faire parler de lui en France ! A partir du 25 octobre s’ouvre à la Monnaie de Paris l’exposition Chocolate Factory, qui revient sur son travail et présente à nouveau des sculptures aux formes et aux connotations suggestives. Sa visite n’est pas recommandée pour les enfants et les adolescents. Pas de doute que l’artiste fera à cette occasion une nouvelle fois parler de lui.
Pour en savoir plus sur l’exposition : http://art.monnaiedeparis.fr/fr/expositions/chocolate-factory

 

Crédit

Les commentaires sont fermés.