Canons antiques, sculptures galactiques !

On ne va pas se mentir, on est assez excités à l’idée de voir le nouveau Star Wars. Du coup, pour patienter, on a déniché un artiste assez sympa. En 2015, les personnages de Georges Lucas sont des icônes. Travis Durden leur rend hommage.

artctualite-travis-durden-2

La Galerie Sakura propose « Expo contre-attaque » jusqu’au 15 janvier 2016. L’exposition présente 36 artistes qui ont, pour l’occasion, créé des oeuvres rendant hommage à la fameuse saga de Georges Lucas. C’est parmi cette trentaine d’artistes, que nous avons découvert Travis Durden, (si, si, c’est un mix de Taxi Driver et Fight Club), un artiste complètement fou.

Un travail tout en technique
Cet homme d’une quarantaine d’années, passé par l’école du Louvre, est maintenant photographe mode. Il est complètement fasciné par les sculptures antiques, mais également par Star Wars. Du coup, il fait d’une pierre deux coups et combine les deux. Il travaille avec de puissants logiciels et insère par-dessus ses sculptures favorites, le casque de Dark Vador, ceux des stormtroopers ou encore la tête de Maître Yoda. Il passe un temps fou à retravailler la texture, détaille les proportions, pour les intégrer le plus parfaitement possible sur des sculptures déjà existantes.
Au début, on a cru qu’il avait lui-même sculpté ces personnages, directement dans le marbre tant le rendu est proche de la perfection. Or il n’en est rien, ce n’est que de la retouche numérique. Ce travail est tout aussi technique que sculpter une oeuvre. L’artiste doit saisir tous les détails du personnage de départ, saisir toutes les aspérités du support, afin d’insérer par-dessus les détails issus de l’univers de la Guerre des Etoiles. Il est nécessaire que les proportions soient respectées à la perfection, sans cela, on se rendrait compte immédiatement qu’il s’agit d’un montage.
Si l’on regarde les sculptures avec attention, on se rend compte que les matières sont quasiment identiques. Il choisit avec justesse les modèles et les objets à rajouter. Les casques paraissent lourds et semblent avoir traversé, eux aussi, le temps. Les retouches sont tellement invisibles, qu’on pourrait presque se dire « Tiens pourquoi on ne les mets pas au milieu des vraies sculptures au Louvre ? »

Un artiste discret
L’artiste souhaite à tout prix garder son anonymat, et ne veut en aucun cas que son identité soit divulguée. Longtemps, son amour de l’art antique et de la culture populaire l’a fasciné, intrigué, parfois même choqué. Et pourtant, c’est une superbe façon de montrer l’art antique à un public très large. Une grande partie de la population connait Star Wars, et s’y intéresse. Le fait d’associer cette culture à l’art antique, permet de démontrer qu’il n’y a pas de barrières entre les différents mouvements, époques ou formes d’art. Tout peut se lier, et surtout, tout le monde peut s’y intéresser. Et ça, chez ART/CTUALITE, on aime !
Le public va forcément être intrigué par le travail de Travis Durden et voudra, à coup sûr, savoir quel modèle se cache derrière ce montage. Le spectateur fera donc une recherche, et découvrira alors une sculpture antique et son histoire. C’est une façon intéressante d’allier les formes d’art, les canons antiques et la culture populaire.
La discrétion de l’artiste se ressent également dans sa façon de traiter les sujets, tout en douceur. Les formes sont douces, bien que ces casques soient des éléments d’armures lors de combats intergalactiques, ici il n’en est rien. Tout est doux, lisse et sans défaut. Les créations de Travis Durden offrent un résultat où la retouche numérique est quasi invisible, elle sait se faire discrète, comme lui. Ce qui est important, ce sont les créations.

Un artiste à découvrir, parce que mêler sculpture antique et Star Wars, c’est sacrément cool !

Crédit photo : Travis Durden

Les commentaires sont fermés.