Canto de Multitudes, le jazz au service de la poésie de Pablo Neruda

Inscrit dans la grande lignée des écrivains, penseurs, poètes, artistes sud-américains du XXe siècle, ayant farouchement combattu les régimes autoritaires et dictatures de l’Amérique latine, Pablo Neruda a laissé derrière lui une œuvre considérable par sa force, sa beauté et sa portée.

Il y a peu de temps, le petit label IMR a commencé à sortir sur Soundcloud une série de titres qui annonçaient la sortie prochaine (le 17 octobre) d’un album jazz, avec Rémi Gaudillat et Bruno Tocanne aux commandes. Le but étant de mettre en musique les poèmes tirés de Canto General du grand Neruda. Le projet semblait grandiose. 

Oui, n’ayons pas peur des mots. Il est vrai que l’idée de mettre en musique, qui plus est du jazz, les quinze chants du Canto General – véritable poésie de combat, de résistance, en l’honneur de l’Amérique latine et de ses peuples – est un projet hors norme et qui peut paraître prodigieux s’il est réussi. 

De ce qui a pu filtrer, le label IMR et Rémi Gaudillat ont réussi leur pari. Le jazz se met au service de la poésie et retranscrit à la perfection la finesse et la révolte, la subtilité et la colère de l’univers de Neruda. Toutefois, dans cet album, l’alchimie entre l’art de la musique et l’art de la poésie ne serait pas possible sans la voix et le jeu de Lucia Recio qui semble habitée par l’œuvre du prix Nobel de littérature 1971. 

Ecouter les textes de Neruda, tantôt chantés, tantôt déclamés par cette voix incroyable, soutenus par un jazz plein de finesse et de précision, est une expérience unique qui vous donne à comprendre comment un chant peut se faire le messager pour la liberté. 

Soyez encore un peu patient, cette petite pépite arrive le 17 octobre. En attendant, vous pouvez toujours lire ou relire Neruda et son Chant général, vous passerez forcément un agréable moment. 

Les commentaires sont fermés.