“Citizen Kayes” – Consécration d’un globe-trotter du rap

La référence au film d’Orson Wells est plus que limpide. Plutôt osée quand on sait que le chef-d’œuvre de 1941 est considéré par l’American Film Institute comme le plus grand film de tous les temps. Il faut dire qu’Andy Kayes n’a pas froid aux yeux. Après avoir passé ces dernières années à balancer son flow en France et en Europe avec sa série “J’irai rapper chez vous“, le franco-britannique est retourné en studio, pour le plus grand bonheur de nos oreilles.
Je vais être papa !“. C’est ainsi qu’Andy nous a annoncé sur les réseaux sociaux l’arrivée de son nouveau projet. Vous pouvez donc imaginer l’envie qui l’habitait de retourner en studio pour nous sortir une production très léchée, avec tout son amour. Dans un univers où l’« egotrip » est devenu “money” courante, le protégé de Yannick Pierre (Mutant Ninja) a préféré la jouer collectif en s’entourant de talents tels que les beatmakers Bonetrips et Tcheep, ou encore Tony Tandoory pour la réalisation. Une bande de potes, une famille, on ne saurait qualifier ce groupe qui a su tirer la substantifique moelle de chacun pour arriver aux 12 perles de “Citizen Kayes“.

Au final, on retrouve le Andy Kayes qu’on aime, celui qui rappe avec un flow que très peu ont. La précision, le contrôle et le rythme auquel il déverse ses phrases ont de quoi impressionner. Bon, c’est vrai que les serial-killers du beat et de la prod’ musicale qui le soutiennent lui rendent la tâche plus facile. Si cet album est celui du franco-britannique, il faut tout de même féliciter son équipe qui a su lui faire cadeau d’instru’ de haute volée. Mention spéciale pour “What I Know“, “Highs to Low” ou encore “Nostradamus“, pour leur son électro bien lourd qui réveille les tympans ! Vous connaissez la générosité d’Andy Kayes et de sa team de numéro 10. Les amateurs de rap un peu plus “classique” seront aussi servis avec les superbes “Static“, “Memory” et “Citizen Kayes“, sans oublier “Blinking Souls“. Bref, vous l’avez compris, le globe-trotter du rap se fait plaisir sur son dernier album mais surtout, il nous fait plaisir ! En même temps, il faut dire que le gaillard a de sacrées références : Def Jux ou Cage (non, pas Nicolas, mais l’auteur de “Movies For The Blind” !), par exemple. Il s’en rapproche aisément !

Notre ami Andy Kayes a eu la bonne idée d’arrêter d’accumuler des miles sur sa carte Air France pour retourner en studio. “Citizen Kayes” n’est pas le meilleur album hip-hop de l’histoire de la musique, comparé à ce que “Citizen Kane” a pu représenter pour l’histoire du cinéma, mais, en ce début d’année, il s’annonce déjà comme l’un des albums qui vont marquer le monde hip-hop. Andy Kayes prend de plus en plus d’espace dans un monde où il est pourtant difficile de se faire une place. Bravo l’artiste !

Photo : Citizen Kayes – Andy Kayes – Antonin Tricard

https://www.facebook.com/andykayes?fref=ts

http://citizenkayes.bandcamp.com/releases

https://soundcloud.com/andykayes/andy-kayes-static-1

Les commentaires sont fermés.