Clemens Hollerer, le changement, c’est maintenant

De grands traits de bois en vrac, voilà notre potentielle première impression devant le travail de Clemens Hollerer.

Si les œuvres de cet artiste autrichien peuvent dérouter au premier abord tant elles nous semblent hermétiques, la réflexion qui s’opère derrière est tout simplement époustouflante (si, si). En effet, Clemens travaille in situ car le caractère éphémère de ses réalisations monumentales lui permet d’établir un parallèle avec les différentes étapes de la vie et surtout, avec le temps qui passe ; elles ne laissent aucun trace sur le lieu de l’exposition et survivent uniquement à travers la mémoire du spectateur, des photographies.

Mais ce qui intéresse vraiment l’artiste, c’est le chantier, la construction et son rapport à l’Homme. Il raconte notamment un de ses voyages à Clermont-Ferrand où il était confronté à un chantier de construction monumental à un stade précoce, juste en face de sa chambre d’hôtel, futur centre commercial. Il fut dérouté par ce chantier, un centre commercial de plus pour notre société déjà mercantile et surmenée. Pour combattre cela, il essaie de saisir la multiplicité d’impressions que nous offre notre environnement quotidien.

« Je suis un homme pressé ! – STOP », répond Clemens Hollerer

Exposition « Relapse », du 6 mars au 11 avril
Galerie SNAP, 4 rue de la Thibaudière
69007 Lyon
Ouvert du mercredi au samedi de 11h à 12h30 et de 14h à 19h ou sur rendez-vous

Crédits photo : Clemens Hollerer, Enter Sans Man (2013)

Les commentaires sont fermés.