Comment une caissière de supermarché se retrouve peinte par Léonard de Vinci

Le célèbre faussaire Shaun Greenhalgh vient de faire une révélation à propos d’un dessin de Léonard de Vinci…

L’oeuvre La Belle Princesse, qui aurait été exécutée par l’un des plus célèbres maîtres de la Renaissance, serait en réalité un faux. Il explique qu’il l’aurait réalisée en 1978, et que le modèle de l’étude serait « Sally », la caissière du supermarché où Greenhalgh travaillait. 

L’oeuvre avait été expertisée et qualifiée de « remarquable », puis exposée en Italie depuis 2008.  C’est Martin Kemp, un spécialiste de la Renaissance, qui avait authentifié cette oeuvre et l’avait datée vers 1495-1496. Il a même expliqué qu’il s’agissait d’une fille illégitime du Duc de Milan, Ludovico Sforza. Le portrait serait estimé à plus de 150 millions de livres. Le dessin est fait grâce à trois crayons et de l’encre, une méthode bien connue du maître italien, pourtant, cette oeuvre restait très contestée par de nombreux experts. 

Le faussaire raconte cette supercherie dans un livre qu’il a écrit A Forger’s Tale. A l’époque où il prétend avoir dessiné ce portrait, il avait seulement 17 ans. Penser à utiliser du papier vélin qui daterait de 1587, et avoir pris autant de précautions relèverait d’un sacré tour de force pour une telle usurpation. De plus, Kemp explique que les pigments utilisés pour la réalisation du dessin dateraient d’avant le 17eme siècle. Il aurait été presque impossible au faussaire de se procurer un tel matériel. Pour vérifier la véracité ou non de ses dires, il faut que la provenance de l’oeuvre soit vérifiée, ce qui clarifierait la situation. 

Il faut désormais attendre le dénouement de cette histoire, mais quand on sait que l’on a affaire à un faussaire qui raconte son histoire dans un ouvrage intitulé « Contes », faut-il vraiment prendre cela au sérieux ?

Les commentaires sont fermés.