Courbet en cage ou l’Atelier du peintre en atelier de restauration

L’Atelier du peintre de Courbet va être restauré sous les yeux des visiteurs du musée d’Orsay.
On est loin des recettes sécrètes de « beveroni », mélanges étranges de matériaux aux réactions physico-chimiques douteuses utilisées au dix-huitième siècle.
Ici, l’argent appelle la visibilité.

Le musée d’Orsay lance sa première campagne de financement participatif pour la restauration de ce chef-d’œuvre de grandes dimensions (H 3.61 m x L 5.98 m ; 22m² de superficie) peint par Gustave Courbet en 1855 pour l’Exposition Universelle, et entré dans les collections publiques en 1920. Si le musée du Louvre a déjà effectué ce type d’appel au mécénat, la restauration in situ, dans la salle du musée devant les visiteurs, est cependant une première, une trouvaille de communication et de persuasion vraiment bien réfléchie ! Par la fameuse plateforme de crowdfunding (Ulule), le musée d’Orsay, qui s’est posé *l’objectif d’atteindre la somme de 150 000 euros avant le 19 décembre. 100 000 euros ont aujourd’hui été atteints. Un sixième du budget prévisionnel de l’opération de restauration.
Les mécènes, à partir de 5 euros de don, bénéficieront de rencontres avec des experts et, de la visibilité de leur nom à côté de l’œuvre, outre les réfactions fiscales.
L’Atelier du peintre va être installé en atelier de restauration, entouré d’une cage de verre dans la salle du musée, normalement dédiée à Gustave Courbet.
Le pas n’est en effet pas loin entre les ateliers de restauration visibles au Louvre Lens et une campagne de restauration à l’intérieur des salles, devant les yeux des visiteurs, tous des potentiels mécènes.

En espérant que les mécènes n’oublieront pas que d’autres œuvres d’art existent, moins chanceuses que l’Atelier de Courbet, qui ne bénéficient pas d’autant de visibilité ni de célébrité, et encore moins, on peut le dire, d’un « chargé de mission mécénat » si brillant !

http://it.ulule.com/courbet/

Crédits photo

Les commentaires sont fermés.