Daesh 1 – Le reste de l’humanité 0 ?

En ce moment à Palmyre on attend, le ventre noué, ce qu’il va se passer, chaque jour. Un peu comme on attendrait les résultats de son Master, ou les cadeaux de Noël, mais en moins fun. Beaucoup moins.

Ces derniers jours, les djihadistes de l’EI ont fait fort : décapitation de l’ancien directeur des antiquités, mutilation de ce même Monsieur, et explosion du célèbre temple de Baalshamin. Quasiment le jackpot.

Khaled Al-Assad dirigea, pendant près de 50 ans, le service des antiquités de la célèbre cité antique de Palmyre, en Syrie. Il a été exécuté mardi, en grande pompe, sur la place publique, devant la foule. Mais la décapitation n’étant pas suffisante, les membres de Daesh ont ensuite décidé de l’accrocher à un poteau. Ils ont ensuite découpé les restes de son corps en morceaux. Pour être sûr qu’il soit bien mort peut être ?

C’est une immense perte pour le milieu de la conservation du patrimoine.
Khaled Al-Assad, cet « homme de savoir », s’est battu pour la protection du patrimoine syrien jusqu’à son dernier souffle. Il a même clamé : « Je mourrai debout comme les palmiers de Palmyre ». Malgré les menaces il a lutté, malgré la peur, il s’est battu pour ce en quoi il croyait.
Un de ses fils s’est évadé, emportant avec lui près de 400 pièces d’antiquités pour les placer en lieu sûr.
L’EI n’a réussi qu’à prouver que le monde se battrait toujours plus fort pour sauver ce qui fait son histoire.

Dimanche, parce qu’on ne s’arrête pas en si bon chemin, L’EI a fait exploser un très célèbre temple de la cité antique de Palmyre. Le temple de Baalshamin est tombé. L’intégralité de la partie close du temple s’est écroulée, et les colonnes ont suivi. Ce sanctuaire fut construit en l’an 17. Il s’est ensuite agrandi sous l’Empereur Hadrien, en 130. Ce sanctuaire est un des plus importants après celui de Bêl.
L’UNESCO, la France et les USA ont parlé d’un meurtre « brutal » perpétré par des « barbares ».

Tous ces événements en si peu de temps laisseraient penser que l’EI est à fond ! Et pourtant il n’en est rien. C’est un échec. En tentant d’effacer le patrimoine de l’humanité et son Histoire, ils ne font que renforcer le souvenir de cette même Histoire. Chaque bâtiment qui tombe amène les gens à se documenter, à apprendre ou redécouvrir, et à se souvenir.
Jusqu’où l’EI ira pour éradiquer ce patrimoine pour lequel l’humanité se battra toujours ?

Sources et crédits photographiques : AFP, Le Journal des Arts, Sud Ouest

Les commentaires sont fermés.