Dani Olivier, le nu minimaliste

« Pour couvrir ton corps d’or et de lumière »

Ce sont des clichés minimalistes, sur un fond d’un noir absolu, qui subliment le corps des femmes. Ces corps, ou plutôt ces courbes qui dansent sous les faisceaux de lumière emmènent le regard du visiteur au-delà du simple aspect érotique.

Dani Olivier, photographe parisien diplômé d’HEC, cisèle ses photographies dans un superbe style graphique. Il emmène ses modèles dans une sorte de matrice surréaliste, bien loin du réel. Il projette sur elles des formes, des couleurs pour déstructurer l’image de la femme et donner au corps un nouveau sens. Entre le modèle et le photographe un véritable dialogue s’installe alors sur la pose à tenir, l’intensité de la lumière, et le choix des motifs. 

Dani Olivier ne cherche pas le détail, il cherche une cohérence, un ensemble uniforme de jeux de lumière et de forme graphique, comme Francis Giacobetti et sa série « Zébras ». Les lignes se cassent sur les cambrures, les cercles s’arrondissent harmonieusement sur le galbe d’un sein, le motif se fond sur une nuque offerte, chaque cliché offre un aperçu unique, un instant suspendu où la lumière suggère plus qu’elle ne dévoile. Dans ses clichés aucunes retouches, si ce n’est pour intensifier le noir, pour un résultat simplement bluffant. Impressionniste, contemporain, pointilliste, Dani Olivier joue avec les périodes de l’art en utilisant un médium unique.

Son dernier livre, Nu corps et âme est à ne pas manquer. 161 pages qui sont autant de raisons d’aimer l’art et les femmes.

 

Crédits photo et sources : Dani Olivier/Graine de Photographe/ GQ

Les commentaires sont fermés.