Des dessins comme actes de résistance

 

A la suite des attentats de Paris, qui ont fait 129 morts et près de 250 blessés graves en région parisienne, de nombreux Français expriment leur tristesse à travers des dessins célébrant la France et sa culture. Voici ceux qui ont le plus émus la rédaction.

Vendredi soir, la jeunesse française a été touchée en plein cœur. Plusieurs lieux emblématiques de la culture parisienne se sont transformés en champs de bataille en l’espace de quelques minutes. Plus d’une centaine de personnes sont mortes sous les balles de terroristes qui avaient pour mission de détruire tout espoir, et d’instiller la peur dans les cœurs. Sur les terrasses des bars ou dans la fosse d’une salle de spectacle, c’est la joie de vivre qui a été assassinée. 

Rapidement après le drame, des dessins font leur apparition sur les réseaux sociaux. Des hommages aux victimes, des odes à la vie, des messages d’espoir et de résistance. Pour beaucoup de pays, la France incarne un certain art de vivre. En faisant partager leurs œuvres sur Internet, des dessinateurs du monde entier ont tenu à exprimer leur douleur en se passant de mots.

« Fluctuat nec mergitur »

Le premier d’entre eux a été Jean Jullien, un dessinateur français installé à Londres. Il signe le dessin, déjà célèbre, d’une tour Eiffel associée au symbole« Peace and Love ». En mêlant ce signe de pacifisme, d’amour et de non-violence, à l’emblème de la capitale française, le jeune artiste touche beaucoup de Français qui se reconnaissent dans cet hommage. Très vite son dessin est repris par de nombreux internautes, avant que d’autres personnes émues par les évènements ne prennent à leur tour leurs crayons pour témoigner de leur solidarité.

De son côté, le dessinateur et auteur de bande-dessinée Joann Sfar reprend sur Instagram la devise latine de Paris « Fluctuat nec mergitur », autrement dit « Le bateau est battu par les flots mais ne sombre pas ». En quelques heures cette devise devient un véritable cri de ralliement. Sur les réseaux sociaux, le scénariste d’origine niçoise s’exprime : « Depuis des siècles, les amoureux de la mort ont tenté de nous faire perdre le goût de vivre. Ils n’y sont jamais parvenus. Ceux qui aiment, ceux qui aiment la vie. A la fin, c’est toujours eux qui gagnent ».

Voici, pêle-mêle, quelques-uns des dessins qui ont envahi nos réseaux sociaux pour nous rappeler que la vie continue, que la culture ne doit jamais cesser d’être célébrée et que, plus que tout, nos passions sont les trésors qui nous rendent plus fort contre la barbarie.

Les commentaires sont fermés.