Des libraires défient Amazon au Japon

Tout le monde utilise Amazon. Et c’est bien normal. Il est beaucoup plus pratique, et surtout beaucoup plus rapide, de se connecter sur un site Internet pour commander le livre dont on a besoin. En quelques heures, voilà le colis arrivé dans votre boîte aux lettres. Plus besoin de sortir de chez soi ou de faire plusieurs librairies pour le trouver. Internet a changé la donne. Mais si Amazon facilite la vie des acheteurs, il complique celle des vendeurs. Les librairies sont de plus en plus nombreuses à fermer leurs portes et le commerce de proximité s’amenuise. C’est pour cette raison qu’elles ont décidé de contre-attaquer.

En prévision de la sortie du nouvel essai de l’écrivain japonais Haruki Murakami, intitulé « Romancier de profession », une chaîne de librairies nippones a acheté 90 % du premier tirage afin de s’en assurer l’exclusivité. En s’assurant le quasi-monopole des 100 000 premiers exemplaires imprimés, l’enseigne Kinokuniya coupe ainsi l’herbe sous le pied d’Amazon et de tous les autres sites de vente en ligne qui lui ressemblent.

Dans un entretien accordé en fin de semaine dernière au quotidien Nikkei, le patron de l’enseigne, Masashi Takai, annonce vouloir changer la donne : « Cette action vise à mettre en exergue la crise du secteur ». Le symbole est de taille puisque les librairies ont choisi de protester en s’accaparant le nouvel ouvrage de l’un des romanciers les plus lus de l’archipel. Haruki Murakami est en effet un auteur japonais de romans à succès, pressenti depuis plusieurs années pour un prix Nobel de littérature. Il est notamment l’auteur de La Ballade de l’impossible (1987), Kafka sur le rivage (2002) et 1Q84 (2010).

Si l’action risque de tourner cours lors des prochaines rééditions de l’ouvrage en imprimerie, elle demeure toutefois représentative des obstacles rencontrés ces dernières années par les libraires vis-à-vis de la concurrence du web. Pensez-y la prochaine fois que vous aurez envie d’acheter votre nouveau roman préféré. Parfois, il vaut mieux faire un petit effort quand c’est pour la bonne cause. Alors mettez vos chaussures, votre chapeau, et allez rendre visite à votre libraire. Il vous en remerciera.

Crédits : www.danshipper.com

Les commentaires sont fermés.