Destruction du Lion d’Athéna à Palmyre

artctualite.lion

La très célèbre statue du Lion d’Al-Lat (une divinité pré-islamique) qui reposait à l’entrée du musée de Palmyre n’existe plus ; elle est tombée sous les coups de l’Etat Islamique. Jeudi 2 juillet, le directeur général des Antiquités et des Musées de Syrie s’est adressé à l’AFP en ces termes : « Les membres de l’EI ont détruit samedi le Lion d’Al-Lat, qui est une pièce unique de trois mètres de haut et pesant quinze tonnes. C’est le plus grave crime commis par les djihadistes contre le patrimoine de Palmyre. »

L’histoire de la statue n’en est pas à son premier bouleversement ; découverte à la fin des années 70 par une mission archéologique polonaise dans le temple d’Al-Lat, la statue du lion symbolisait la puissance et la force de la déesse pré-islamique à l’apogée de Palmyre, vers le IIIe siècle de notre ère. Très tôt assimilée à la divinité grecque Athéna, le culte d’Al-Lat a traversé les siècles avant de se heurter frontalement à l’expansion de l’islam et aux destructions de celui-ci contre les cultures et les religions jugées impies…

Ville martyre, Palmyre est devenu en quelques semaines le symbole de l’impuissance des occidentaux à freiner la vague de terreur et d’obscurantisme qui s’est abattue sur le Levant. Cette cité antique, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO est actuellement toujours en danger, et qui sait quel autre trésor sera détruit par l’EI dans les jours à venir.

Sources et crédits photographiques : Le Figaro/l’Express/The Guardian/Delit d’images.

Les commentaires sont fermés.