Elga Heinzen, le langage des plis 

Jusqu’au 16 juillet 2016, la galerie 24b organise une rétrospective consacrée à la peintre plasticienne et photographe suisse Elga Heinzen. Depuis les années 1970, l’artiste fait du pli l’objet central de sa recherche picturale. Au total, soixante-dix-neuf de ses œuvres sont présentées dans 300m2. 

Née en 1933 à Genève, Elga Heinzen a toujours été obsédée par le pli, signe d’une absence ou d’une présence silencieuse. « Le pli m’émeut » dit-elle, « Je le vois partout ». Il est pour elle une empreinte ; une empreinte aussi bien laissée par le corps que la nature. 

Plis de vêtements pendus, de drapeaux froissés, de draps de lit défaits, de paumes de mains ou encore de terres labourées, on retrouve dans le travail de l’artiste de multiples formes qui racontent chacune une histoire. 

Ces formes sont regroupées en treize catégories: les dénouements, les noix-bijoux, les présences, les traces, les témoins, les rorschach, les apparences, les drapeaux, les florescences, les chimères, les replis, les collines senesi et les landscapes. 

Au fil de la rétrospective organisée par la galerie 24b, nous sommes invités à pénétrer chacun de ces univers, dont certains sont parfois déroutants. Alors que les présences semblent sur le point de devenir réalité, de révéler ce qui y est caché, les handscapes interrogent sur ce qu’elles représentent, et les noix-bijoux surprennent de par leur intime ressemblance à l’organe féminin. 

Mais c’est là toute la force d’Elga Heinzen : ses œuvres sont organiques, sensuelles, féminines et surtout actuelles. Au cœur de son propos : le textile bien sûr, mais aussi la texture et la couleur. Elga Heinzen joue avec ces éléments pour créer du mouvement, et donner vie à ce qu’elle produit. 

Jamais à contre-courant, Elga Heinzen navigue sur l’esprit du temps, et rappelle à quel point la vie marque et laisse une trace. Artiste pluridisciplinaire, l’ensemble de son travail est puissant et singulier. 

Qu’importe la voie empruntée, le fil rouge d’Elga Heinzen reste le même : nous conter l’intime et nous inviter à lire entre les plis. Plus qu’une exposition, « le langage des plis » est avant tout l’histoire d’une vie, de sa vie.

Informations pratiques : 

Elga Heizen, le langage des plis, Du 9 juin au 16 juillet 201, Galerie 24b, 24 bis, rue Saint Roch, 75001 Paris
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 19h, Entrée libre

Crédit photos : galerie 24b

Les commentaires sont fermés.