Festival du Film Coréen à Paris (2015)

La 10ème édition du festival du film coréen à Paris – du 27 octobre au 3 novembre – sera l’occasion de faire un état des lieux du cinéma coréen contemporain. Après une dernière décennie marquée par l’émergence de cinéastes talentueux – dont les styles éclectiques ont offert à ce cinéma une véritable visibilité à l’international – la nouvelle génération apparaît quelque peu en retrait.

Si l’on ne présente plus certains réalisateurs, qu’ils soient issus du cinéma de genre comme Park Chan Wook, Bong Joon-ho, Kim Jee-won, voire Na Hong-jin, ou du cinéma indépendant comme Kim Ki-Duk, Im Sang-soo, Lee Chang-dong et Hong Sang-soo, les nouvelles têtes tardent à s’imposer, et semblent pâtir du succès populaire et public de la précédente génération.

Cependant, il est vrai, qu’excepté ces quelques têtes d’affiche, les films coréens restent la plupart du temps inédits en France. Il est donc difficile d’avoir une idée concrète de l’état de santé du cinéma coréen à travers l’indigente distribution française. Mais fort heureusement, et pour notre plus grand bonheur de cinéphile, le Festival du Film Coréen à Paris offre un excellent panel. Avec ses 27 longs-métrages et ses 30 courts métrages, il s’impose comme une valeur sûre qui devrait permettre une mesure cinématographique pertinente, à même d’établir un premier bilan. Avec ses multiples sections (Ovni, Paysage, Focus : Comédie romantique, Classique, Comédie musicale, Portrait : Kim Dae-Hwan) et ses prestigieuses cérémonies d’ouverture (Veteran de Ryoo Seung-wan) et de fermeture (Right now, wrong then de Hong Sang-soo), le festival se pare d’une sélection à la fois ambitieuse et originale qui devrait largement émoustiller tous les amoureux du pays du Matin calme. Le cinéma asiatique (japonais, hongkongais, chinois, coréen, taiwanais…), à la différence des cinémas européen et américain, reste d’une richesse inestimable en matière d’innovations esthétiques et de propositions narratives, le rendant à la fois si désarmant et si époustouflant, mais jamais indifférent. Rendez-vous donc le 27 octobre au Publicis Cinémas sur les Champs Elysées pour célébrer un cinéma Ô combien précieux.

Et en attendant, pour plus d’informations, visitez le site officiel : http://www.ffcp-cinema.com/

Les commentaires sont fermés.