FIAC – 41e édition – Derniers jours

La FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain) se tient du 23 au 26 octobre au Grand Palais.
Un événement à ne pas manquer puisque c’est le plus grand rassemblement de l’art contemporain.

Pour sa 41ème édition la FIAC commence fort puisque l’on constate une très forte affluence dès la première journée.
Si la partie rez-de-chaussée est très vite envahie, l’étage n’est cependant pas en reste. Les jeunes galeries ont accueilli un grand nombre de visiteurs et ont fait affaire, pour certaines, très rapidement.
De très belles pièces sont présentées. On retient la Sommer Contemporary Art (Tel Aviv), la galerie De Roussan qui présentait Lukas Hoffmann (entre autres), la Monitor Gallery (Rome) avec les travaux de Laurent Montaron et Nathaniel Mellors, le Minotaure avec Chuck Close et Mathieu Mercier… Mais encore les oeuvres de Lee Bul et Robert Longo à la Galerie Thaddaeus Ropac, la magnifique pièce de Candida Höfer à la galerie Yvon Lambert ou encore les travaux de la 303 gallery.
Nombreux sont les coups de coeur donc pour l’équipe d’Artctualité.

Malgré les galeries confirmées présentes au rez-de-chaussée, ce qui a réellement retenu notre attention est la qualité des travaux présentés par les jeunes galeries. Un vent nouveau souffle sur la foire, et c’est fort appréciable !

Les jeunes nommés du Prix Marcel Duchamp ont également particulièrement retenu notre attention notamment le jeune Théo Mercier qui nous en met plein la vue avec sa superbe oeuvre Je ne regrette rien. Ce jeu avec les couleurs et la disposition minutieuse et précise d’objets prouve à quel point la jeune génération d’artistes possède d’ores et déjà un certain niveau. Une bonne surprise en rentrant dans cette salle !

Vous l’aurez donc compris, la FIAC, ce n’est pas une foire guindée avec des oeuvres hermétiques comme beaucoup ont tendance à le penser. Cette année beaucoup de jeunes galeristes, des artistes aux réalisations aussi différentes que surprenantes ! Un conseil : courez-y donc ce weekend !

Crédits photos : Théo Mercier, Je ne regrette rien, 2014, © Marc Domage
Henrique Oliveira, Sans titre, 2009 © Slash Paris

Les commentaires sont fermés.