FIAC & OFFICIELLE 2015 : on fait le bilan

Calmement… On sait, vous avez la chanson en tête maintenant. De rien.

La FIAC, c’est la FIAC…

Alors ! Nous sommes donc allés à la FIAC. Nous nous sommes bousculés dans les larges allées du Grand Palais. Parcours qui se voulait plus clair cette année, plus pratique et agréable pour le visiteur. 

La 42ème édition de la Foire Internationale d’Art Contemporain a été un succès. Les stands étaient bien tenus, même pour les jeunes galeries. Un intérêt particulier porté au détail, des présentations impeccables, de beaux noms… Comme d’habitude presque… Les mêmes galeristes présentant les mêmes artistes. Pas d’accrochage novateur ou radical. Si ce n’est le stand de Franco Nuero de Turin, qui exposait plusieurs pièces de tissus posées sur le sol et rien d’autre. C’est bien le seul stand qui m’ait laissée sans voix, devant lequel je me suis réellement arrêtée et que j’ai apprécié. Le stand de The Modern Institute de Glasgow a également retenu mon attention. The Modern Institute participait pour la toute première fois à la FIAC et présentait un stand épuré où se dressaient des sculptures immenses de l’artiste Monika Sosnowska. Les sculptures remplissaient l’espace à merveille. 

Le Salon d’Honneur était lui aussi impeccable, moins de stands cette année pour plus d’espace d’exposition, ce qui a fait le bonheur des manifestants.

En somme, une manifestation réussie.

… Et l’OFFICIELLE alors ?

Nous avons également parcouru les allées de l’OFFICIELLE. Une manifestation un peu « floue » dans le sens où l’on ne sait pas bien ce que souhaite proposer la jeune foire. Il était annoncé que l’OFFICIELLE mettrait en avant les jeunes galeries, or la FIAC a un espace dédié à un certain nombre de jeunes galeries. Trop de jeunes enseignes pour tenir sous la nef du Grand Palais ? Ou une distinction qualitative faite d’emblée ? Une distinction toujours incompréhensible.

En tout cas, nous avons apprécié cette manifestation. Les allées étaient beaucoup moins bondées, il était aisé de se mouvoir de stand en stand. Les galeristes abordables, des stands aux atmosphères uniques. OFFICIELLE est une foire plus « culottée ». Elle ose exposer 37% de galeries de moins de 5 ans, et 35% de galeries n’ayant jamais participé à une foire. Un gros défi, qui se veut être le tremplin de la jeune création. OFFICIELLE ne serait donc pas un salon des recalés de la FIAC, situé à l’autre bout de Paris. Non. C’est un moyen pour la FIAC, bien que le message soit vague, de prouver sa capacité à lancer de jeunes galeristes et artistes, dans le but de contrer les foires parallèles comme le YIA, Slick… Chaque année, ces foires annexes ne cessent de grossir et d’affirmer un message et une volonté claire. La FIAC tente elle aussi d’asseoir son envie de participer à l’émergence d’une jeune scène artistique, mais ne parvient pas encore à en communiquer le message de façon lisible.

Dans l’ensemble, les galeristes proposent des stands très intéressants, bien pensés. Ce qui n’est pas simple, avec un parcours assez confus. On ne sait pas réellement comment se déplacer, les allées ressemblent plus à un labyrinthe qu’autre chose. Les artistes sont souvent peu connus, ou complètement en marge de la scène artistique mondiale. Un vrai bonheur pour notre équipe, puisque nous sommes toujours à la recherche de nouveaux talents. 

Nous avons eu un gros coup de coeur pour l’artiste Wesley Meuris, présenté par la Galerie Annie Gentils. Les oeuvres exposées nous invitent dans son univers. On admire des carnets de notes, des croquis, des photos, ainsi que des plans, dont le plan d’une Mosquée avec une vue contemporaine. On a aussi pu découvrir le travail de Houston Maludi, présenté par la Galerie Magnin-A. Ou encore le travail de Michiel Ceulers. 

Des artistes aux univers atypiques, rien ne se ressemble, et c’est ce qui fait la particularité de cette manifestation. 

La FIAC était un événement réussi, mais l’OFFICIELLE offrait plus de fraicheur, plus de découvertes, presque plus de spontanéité. 

Une foire qui se forge une identité petit à petit, et qui verra son message s’affirmer encore plus l’année prochaine. 

Les commentaires sont fermés.