Frank Gehry à la Fondation Louis Vuitton : la consécration d’une carrière

L’inauguration de la Fondation Louis Vuitton a été l’occasion pour le musée, de revenir sur le parcours hors norme de Frank Gehry.
Le musée a en effet décidé de présenter une exposition monographique, qui permet de retracer l’ensemble du processus de conception de l’architecte star, allant des premières esquisses jusqu’à l’achèvement des travaux de l’édifice cubique, qualifié de « magnifique vaisseau symbolisant la profonde vocation culturelle de la France. »
Des premières esquisses aux derniers détails de finition, « l’exposition Franck Gehry » relate le travail de conception de la fondation grâce à des maquettes éclairées sur fond noir.

L’immersion dans l’univers de l’architecte est totale, et permet au visiteur de découvrir le bâtiment dans son intégralité (les terrasses, ou les différentes salles) : on doit cela grâce à la scénographie mise en place par une vidéo faite en « timelapse », réalisée grâce à des drones.
Les moyens déployés par Bernard Arnault pour la conception de la FLV sont impressionnants : il aura fallu douze ans de préparation, deux années de recherches pour inventer la technologie nécessaire à la réalisation du bâtiment, et surtout 700 ouvriers sur le chantier pour installer les quelques 3600 panneaux de verre.
L’exposition explique que le design est inspiré des structures fantaisistes du Jardin d’Acclimatation. Le « parc des enfants » est, en effet, habité par un ensemble de maisons de verre qui, auparavant, se trouvaient sur le site.
La référence à Marcel Proust est également importante puisqu’il y a une évocation des temps passés.

Dès sa conception, l’architecte a tenu compte de l’importance visuelle dégagée par le bâtiment : elle est le reflet, d’une part, de la visualisation interne de l’art, et d’autre part des larges panoramas de Paris, avec par exemple, la Tour Eiffel.
L’énergie des maquettes présentant la genèse du bâtiment est peut-être la partie la plus importante (et intéressante ?) de l’exposition. Les maquettes définissent tout le travail préparatoire effectué par l’architecte. Même si les premières sont simplement constituées de quelques morceaux de plastique, on constate que Gehry a laissé parler son imagination, et a développé l’ossature architecturale de sa réflexion. Pour la Fondation, cette présentation n’est d’ailleurs pas une simple juxtaposition d’œuvres, mais représente une installation unique : elles seraient « l’évocation de bancs de poissons », un détail important pour Frank Gehry.

Au niveau administratif, il est important de préciser que la Fondation Louis Vuitton a été construite sur un terrain qui appartient à la Ville de Paris.
L’endroit bénéficie d’un bail emphytéotique: dans 50 ans le bâtiment deviendra propriété de la municipalité. C’est donc un somptueux cadeau que LVMH offre à la France.
Bernard Arnault compare cette œuvre architecturale, par son importance et son impact, à la tour Eiffel : « C’est une œuvre qui va refléter le début du XXIe siècle. Un ensemble tout à fait exceptionnel qui montre que Paris est une capitale essentielle au niveau de la créativité.»
En tout cas, une chose est certaine : Paris a enfin son Bilbao !

Les commentaires sont fermés.