Hedi Slimane « Sonic »

Le noir, le blanc, le rock, c’est un peu le triangle magique de l’exposition qui se tient actuellement à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent. Issues des archives privées d’Hedi Slimane le gourou / directeur artistique de la maison Saint Laurent, la collection retrace l’histoire des légendes absolues du rock anglais et américain.

Arrivé chez Saint Laurent en 2012 après avoir fait ses armes chez Dior, le génie californien en plus de son activité dans le milieu de la mode continue sa passion pour la photographie. Son nom et ses contacts lui font rencontrer les demi dieux (un peu vieux pour certains) des scènes rock des pays anglo-saxons. Arrivée à maturité après deux années de défilés sur le thème du grunge et de la décadence anglaise cette expo léchée se pose comme un pont entre le monde de la mode et celui de la photographie. Les mêmes ambiances se retrouvent, des gueules cassées par une vie d’excès, des atmosphères délirantes de concerts ou celles des bas fonds de la rue (voir le portrait de Curtis Harding, avec le pull de votre grand-mère et la moustache de Magnum mais d’une street crédibilité à toute épreuve). C’est ça aussi la photo chez Slimane, une antithèse de la fragilité que l’on peut capter sur ses défilés. Là on est plutôt sur des types qui pourraient passer pour des lascars ou des dresseurs de hyènes, bon pas tous non plus, mais un esprit cool et rock reste quand même bien marqué. Les femmes sont aussi présente, elles sont iconiques et rebelles, on pense alors à Amy Winehouse ou Courtney Love, incarnation parfaite du grunge et du classique qui tient la dragée haute à un Lou Reed au top.
Mélange de photos et de reportages vidéo entre deux cycles « Californiens » et « Londoniens » (les deux sont séparés), l’exposition apporte un vent de décadence bienvenue dans un monde parfois bien trop aseptisé .

Dress code de l’exposition : sapes noires et visage de lendemain de soirée.

Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent
3 rue Léonce Reynaud, 75116 Paris
Métro Alma-Marceau

Crédits photographiques: Hedi Slimane/ Fondation PB-YSL

Les commentaires sont fermés.