IEMZA à la Micro Galerie

Hier soir, l’équipe d’Art/ctualité s’est empressée à l’exposition d’IEMZA à la Micro -Galerie. Coup de cœur immédiat, IEMZA nous a fait rêver avec ses « vues » architecturales sorties d’un imaginaire qui s’apparente à celui des films de science-fiction, tels que Matrix, Metropolis ou Blade Runner. Les vues architecturales, en contre-plongée, nous font redécouvrir, des endroits bien connus de la mémoire collective, comme La Mecque, la cathédrale Saint Patrick à New York, celle de Reims, et Paris entre autres. Quel est le détournement opéré ? Toutes ces vues sont aériennes, propulsées par des fusées parfois, mélange d’héritage entre Méliès, Albert Robida et Jules Vernes : le futur demeure en haut. Les points de vue ne sont plus empreints de l’objectivité qui caractérise l’architecture, au contraire, une partie de rêve peuple chaque dessin exhibé dans la galerie. Les lignes convergent vers un point de fuite, mais tout bouscule, le chaos des métropoles actuelles apparaît et peuple la toile. La question de l’urbanisme et du peuplement des villes est vitale pour comprendre IEMZA, le « bruit » des toiles évoque la densité de population des grandes mégalopoles, la culture « Street », le hip hop et le graffiti sont honorés par l’artiste.

Deux mondes dans l’art d’IEMZA, celui de l’architecture et de la perspective classique telle qu’elle a été conçu par Brunelleschi, et une vision du monde plus actuelle dans laquelle l’entassement est la règle. Le tout fait avec une délicatesse et une assurance dans le trait qui nous ont convaincus du talent inné de l’artiste.

Les commentaires sont fermés.