Interview de Rafael Duarte

Rafael Duarte a participé à l’exposition Eternal Silence & Noise avec sa photographie (ci dessous) Jeune femme au parapluie rouge dans le corridor de la solitude.

 

duarte

 

Quel parcours as tu suivis ? 

 Mon intérêt pour la photographie est devenu plus intense pendant ma licence en journalisme, à Rio de Janeiro (Brésil), pendant l’année 2000, quand j’avais 18 ans. J’ai trouvé magique le processus de développement des images en laboratoire. Durant cette période, j’ai commencé à étudier le métier de photographe inspiré par des photographes comme Sebastião Salgado et Ansel Adams. Je pense que c’est pour cela que j’ai un intérêt spécial pour la photographie en noir et blanc. Ensuite, j’ai commencé à photographier manuellement des situations quotidiennes de ma vie et aussi de mes voyages. Différents cours de photo m’ont aussi aidé à développer la technique.  J’ai me suis aperçu que j’étais devenu photographe lorsque j’ai arrêté de photographier des voyages, et que je me suis mis à voyager pour photographier et documenter sur les différents mondes à travers mon regard.

As tu déjà exposé ? Qu’est ce que cela t’a apporté ? 

Oui. J’ai exposé au Brésil, en Angleterre et en Espagne. En France c’est ma première fois. En 2012, j’ai été sélectionné par le Sony World Photo Awards pour participer au World Photo London 2012, au Summerset House, à Londres, comme « commended photographer » avec la photo « La fille de Uros ». Ma dernière série « Simplement Rio » a été exposée dans quatre galeries d’art de Rio de Janeiro et Brasília. À la fin de l’année dernière, trois images de cette série ont aussi fait partie du prestigieux évènement brésilien d’architecture, le « Casa Cor », à Brasília. En 2009, j’ai aussi eu une exposition individuelle à Vilaseca Galeria avec des images d’une expédition que j’ai fait avec mon équipe Miramundos pour le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Avec ce travail j’ai été choisi dans une sélection internationale des meilleurs photographes du Chemin de Saint-Jacques par une association de Navarre (Espagne), qui a organisé une exposition passant par plusieurs villes espagnoles cette année là.

Que penses tu du thème Silence et Bruit ? Comment l’as tu traité ? 

Ce thème m’a motivé dès le début. C’est une question de notre quotidien. Une bataille que nous vivons activement tous les jours. Quand j’ai décidé de participer de l’exposition, j’ai immédiatement eu une idée d’image pour le silence. Je voulais montrer le silence à travers la solitude. J’avais l’idée de l’image dans ma tête et j’ai fallu aller à Berlin pour la faire. Quand je suis arrivée dans l’endroit auquel j’avais pensé, il pleuvait. J’ai eu de la chance, en fait, car l’ambiance était devenue plus mélancolique et une lumière blanche forte pénétrait dans les couloirs en contrastant avec le gris des murs. Pendant le travail, quand j’ai pensé que j’avais déjà la photo, j’ai vu le personnage idéal. Une femme habillée en noir, portant un parapluie rouge. Je l’ai suivi pendant 15 minutes pour avoir cette image. Et le résultat est tel que vous le connaissez. En fait, au début, j’avais envie de faire une installation pour cette œuvre. Peut-être une prochaine fois.

Qu’as tu pensé de l’exposition en général ?

Très intéressant. Le plus intrigant c’était de voir comme ce thème inspire les artistes de différentes façons et comme le résultat est multiple et artistiquement très riche. J’espère participer à d’autres expositions de ce type.

Champs de fleurs à Rioja, Espagne - Chemin de Saint-jacques - Rafael Duarte
Floret de Navarre, Espagne - Chemin de Saint-jacques - Rafael Duarte
La fille de Uros, photo sélectioné pour le World Photo London 2012 - Rafael Duarte
Le Marais, Paris - Rafael Duarte
Pilgrim au Chemin de Saint-Jacques - Rafael Duarte

Portrait de Lenine, musicien brésilien - Rafael Duarte

Rio de Janeiro - photo de la série Simplement Rio - Rafael Duarte 1

Les commentaires sont fermés.