Interview : Eternal Silence and Noise

Interview de l’artiste Diane Alazet ayant participé à l’exposition Eternal Silence and Noise

-> Quel parcours as tu suivis ?

Je sors d’une terminale Littéraire exécutée en Bretagne et suis arrivée en Septembre à Paris pour y étudier l’Histoire de l’Art.

-> As tu déjà exposé ? Qu’est ce que ça t’a apporté ?

Je n’avais, en réalité, encore jamais été exposée avant le concours de Bruit et Silence. Cela m’a permis d’appréhender la notion d’exposition d’un nouvel œil. J’ai pu, ainsi, apprendre de l’aspect technique et de l’organisation. Il est, de plus, relativement plaisant d’être reconnu dans les domaines qui nous animent, que cela soit légitimé ou non.

-> Que penses tu du thème Silence et Bruit ? Comment l’as tu traité ?

Le Thème de bruit et silence était intéressant à traiter. Il ouvrait un panel très vaste d’interprétations possibles. Pour ma part, j’ai tenté de mettre en corrélation les deux notions ; dans une première photographie j’ai montré l’ombre d’une femme, noyée dans un silence béant, elle est l’ombre du spectateur et la muse créée de l’artiste. Elle n’a pas son mot à dire et exécute ce que l’on veut d’elle. C’est la silhouette féminine qui hurle son désarroi face au déterminisme qui l’accable masqué sous une scène d’apparence fondamentalement silencieuse.
Puis dans une seconde photographie, j’ai tenté de montrer deux scènes en une. Nous sommes le voyeur, apprêté au silence pour observer une jeune fille. Cette dernière est dans l’instant T, dans le vif et dans la spontanéité : elle est arrêtée, mise sous silence par le bruit involontaire du voyeur. C’est le cercle vicieux du bruit et du silence engendré, tour à tour par la victime et son bourreau.

-> Qu’as tu pensé de l’exposition en général ?

J’ai apprécié l’exposition. Certaines œuvres m’ont semblé particulièrement intéressantes : la toile abstraite (image de couverture de l’exposition), une photographie prise dans un lieu plutôt étroit dont l’image m’échappe et quelques jeux cocasses sur la fréquence des mots mêlés de celle des œuvres.

Les commentaires sont fermés.