La cérémonie des Césars allergique à certaines comédies

Mais où sont donc passés les trois grands succès français du box-office de l’année 2014 ? Les films Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? (12,3 millions d’entrées), Lucy (5,3 millions d’entrées) et Supercondriaque (5,2 millions d’entrées) ne figurent pas dans la liste des nominés aux Césars. Le reproche adressé à une cérémonie qui privilégierait le cinéma d’auteur au détriment des succès populaires n’est pas récent. Cela fait déjà plusieurs années que la préférence affichée des Césars pour des productions intimistes est critiquée. Il y aurait un important décalage entre les films les plus appréciés des Français et le palmarès rendu public mercredi 28 janvier par Edouard Baer, le maître de cérémonie de cette année.

Une réputation élitiste

L’image sélective de la cérémonie des Césars est discutable puisque les comédies restent présentes chaque année dans les sélections. Ainsi hier soir, pas moins de quatre comédies se disputaient la victoire. Les films Hippocrate, Les Combattants, La Famille Bélier et Elle l’adore sont tous des succès populaires, avec chacun plusieurs nominations. Mais contrairement aux grands absents de cette année, ils ont le bon sens de ne pas érafler les valeurs intellectuelles prônées par la cérémonie des Césars. C’est peut-être la raison pour laquelle le film Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, qui tourne en dérision les préjugés racistes de la vie quotidienne, a été mis de côté.

L’année dernière, Les Garçons et Guillaume, à table !, la comédie de Guillaume Gallienne, avait raflé cinq Césars, dont celui du meilleur film. Sandrine Kiberlain avait obtenu la même année le trophée de la meilleure actrice pour le film 9 mois fermes, avec ses 2,1 millions d’entrées. Avant elles, les comédies Les Choristes (2005) et Intouchables (2012) avaient également su trouver leur public et décrocher la récompense suprême aux Césars. Les comédies françaises ne semblent donc pas avoir été mises à l’écart de la cérémonie, bien qu’elles soient choisies avec beaucoup de soins.

En outre, les Césars savent se faire pardonner. Cette année, c’est l’acteur et réalisateur français Dany Boon qui a présidé la cérémonie. Une belle revanche pour celui qui avait décidé, en 2009, de boycotter la soirée de remise des trophées en portant un jogging de couleur orange au lieu du traditionnel smoking de rigueur. Il souhaitait ainsi protester contre l’unique nomination de son film Bienvenue chez les Chti’s dans une catégorie secondaire alors que le film avait rencontré un immense succès auprès des Français.

Les commentaires sont fermés.