La Tefaf croque la Grosse Pomme

La Tefaf Maastricht, la plus grande et prestigieuse foire européenne dédiée à l’art, au design et aux antiquités s’exporte à New York. C’est LA big news de ces derniers jours qui bouscule le marché de l’art.

Cet évènement culturel et financier organisé en Hollande depuis 1975 par des marchands sous l’égide de la Tefaf (the European Fine Art Foundation), va donc traverser l’Atlantique pour s’installer à New York grâce au concours d’Artvest Partners. Cette collaboration entre les deux organismes permettra ainsi d’installer deux foires au Park Avenue Armory, à deux pas de Central Park.

La Tefaf New York ouvrira donc ses portes en octobre aux collectionneurs et aux marchands d’art spécialisés dans les objets de l’antiquité au XXème siècle. La seconde Tefaf se tiendra en outre en mai 2017, toujours sur le même site, mais cette fois-ci plus orientée sur du high-end (le très haut de gamme), en art moderne et design. (Petite astuce si vous êtes amené à discuter de ces catégories lors d’une vente ou d’un vernissage, on utilise souvent les abréviations PWA pour l’art moderne et AND pour le design).

Retour à notre Tefaf. Les organisateurs attendent environ 80 à 90 exposants internationaux, pour chacune des deux foires, ce qui démontre à la fois un engouement et un certain prestige à participer à cet évènement, qui est considéré comme le plus grand rassemblement du marché de l’art. Quant à la 29e édition de « l’originale » Tefaf à Maastricht, elle débutera dans la petite ville du célèbre traité entre le 11 et le 20 mars, avec une concentration de 270 exposants venus de 20 pays différents.

L’idée de cette exportation vers le Nouveau-Monde est venue d’une constatation simple. Une des principales sources d’activité de la Tefaf Maastricht est celle de la peinture ancienne, les fameux Old Masters, une catégorie peu à la mode sur le marché de l’art, qui est en perte de vitesse depuis de nombreuses années maintenant. Il fallait donc se renouveler et tenter d’attirer soit un nouveau public, soit s’ouvrir à d’autres secteurs du marché. Ainsi en 2013, la foire avait annoncé une collaboration avec Sotheby’s pour ouvrir une version chinoise de la Tefaf à Pékin. 9 mois plus tard c’est la déconvenue, avec l’abandon du projet.

« En de nombreuses occasions, nos exposants à Maastricht ont exprimé le besoin et le désir d’avoir une Tefaf aux États-Unis, tout comme beaucoup de clients privés et d’institutions » a dit Patrick van Maris le directeur de la Tefaf au New York Times. Maintenant c’est chose faite.

Ces versions américaines de la Tefaf restent cependant un pari que certains experts jugent risqué, à la fois, à cause  des publications récentes sur un possible ralentissement, voire effondrement partiel du marché de l’art, mais aussi à cause d’un calendrier des foires qui devient ingérable. La Tefaf New York Fall, entre le 22 et le 27 octobre se tiendra deux semaines après la fin de Frieze Masters à Londres, et se superposera à la FIAC à Paris.

La Tefaf New York Spring, du 4 au 9 mai 2017, quant à elle coïncidera avec les fameuses Marquee Sales, ces prestigieuses ventes d’art moderne et contemporain de Christie’s, Sotheby’s et Phillips, ainsi qu’avec la Frieze New York Fair très orientée art contemporain. Pas top…

Cette idée semblait sur le papier un excellent moyen de se diversifier, mais la Tefaf ne risque-t-elle pas de se mélanger les pinceaux et d’écorner son image de marque avec ces trois foires ? Le marché de l’art ne risque pas, lui, de saturer face à une offre supérieure à la demande ? Réponse dans quelques mois.

Crédits photo et sources : NY Times/ Tefaf/ Art Info/Barneby’s/Media.NL

Les commentaires sont fermés.