Le coup de pouce du mélomane #13

Qui n’a jamais senti la solitude l’envahir après avoir applaudi seul un musicien qui n’avait pas terminé son morceau ? Ne nous cachons plus, c’est arrivé à tout le monde. Mais pourquoi cet effet de suspense en mode « Auréolez moi ! Et bien non c’était une feinte ! » ? La musique occidentale consiste en un enchainement harmonique qui vous permet de repérer les fausses notes justement parce qu’au cours de votre sombre et misérable vie votre oreille s’est habitué à ces enchainements. En musique, la ponctuation s’illustre par ce que l’on appelle la cadence. Explications !

Cadences, demi-cadences etc…

La cadence correspond à l’effet de fin de phrase que vous ressentez, lorsqu’un musicien est sur le point de terminer son morceau, ou qu’un chanteur prend une longue respiration. Elle est donc très importante pour la logique, la structure et la compréhension d’un morceau malgré le fait que, la plupart du temps, cette dernière se situe de façon naturelle.

Il existe différents types de cadences. La cadence parfaite comme son nom l’indique termine une phrase musicale de façon…parfaite. Donnez-moi un 10, car ça j’achèèèète ! Cette cadence est donc naturelle pour l’oreille mais, tout se complique si l’on s’intéresse à sa composition théorique.

Cette cadence s’articule autour d’une suite d’accords : un accord de dominante et un accord de tonique.

En musique, tout est question de degré. Si l’on relie chaque degré aux notes de la gamme, dans un ordre banal dirons-nous (DO-RE-MI-FA-SOL-LA-SI-DO pour la gamme de DO par exemple), nous obtenons huit degrés qui portent chacun un nom.

Tonique-Sus tonique-médiante-sous dominante-dominante-sus dominante-sensible-octave (ou tonique).

Ainsi, la note fondamentale d’un accord de tonique est une tonique. En d’autres termes, dans un accord de tonique, la note de base correspond au premier degré (la première note) de la gamme dans laquelle on se situe.

A ce moment précis vous vous dites « Ouaaaaah il m’a saoulé ! », mais en réalité il s’agit juste de comprendre que lorsque vous ressentez la fin d’un morceau, c’est parce que l’harmonie utilisée est très précise.

Dans d’autres cas, nous avons affaire à une demi-cadence, qui a la particularité d’être liée à un arrêt sur la dominante quel que soit l’accord qui précède. Pour faire simple, la demi-cadence est comme une sorte de point-virgule, du fait d’un arrêt sur un accord précis qui vous a fait applaudir tout seul, comme un idiot, alors que le morceau n’était pas terminé.

Crédit photo : parismatch.com

Les commentaires sont fermés.