Le Jardin des Tuileries, lifting écologique et historique

Crée au XVIème siècle par Catherine de Médicis, le Jardin des Tuileries a, pendant longtemps, été le lieu de balades intramuros, préféré des parisiens et des touristes pour un déjeuner à l’ombre, ou pour vadrouiller. S’étendant du Louvre jusqu’à la Place de la Concorde, et bordé par d’innombrables cafés, aires de jeux, fontaines et autres parcs à fleurs, le jardin attirerait selon les chiffres du Louvre près de 14 millions de visiteurs par an.

Le « parc » par ses dimensions relativement balèzes (25 hectares), n’est pas qu’un simple lieu de déambulation, c’est aussi un espace culturel important pour la ville (Orangerie, Jeu de Paume, Paris Art Design etc…). Or, le Louvre cherche un nouveau souffle pour son jardin et prévoit, sur les dix prochaines années, un grand plan de restructuration et de rénovation pour ce petit poumon vert. L’idée serait de lui redonner son lustre d’antan (expression prise dans un supplément du Figaro), en ajoutant des pelouses, des arbres et d’autres espaces fleuris, afin de retrouver l’espace comme il avait été pensé au XVIIème siècle par Le Nôtre, sans pour autant tout remettre en cause, et tout changer. Mélanger le contemporain et l’historique pour donner aux visiteurs une image plus proche de la réalité de Paris, et, du savoir-faire à la française.

Pour Paris, le Jardin des Tuileries est un véritable symbole. En effet, il a été un des premiers jardins ouverts aux personnes extérieures à la cour royale, où les élégants circulaient avec les toilettes les plus en vue. Quatre siècles plus tard, le jardin accueille la Fashion Week, dans la lignée de ces élégants du Roi Soleil.

Sur le papier, le projet est vendu pour environ 15 millions d’euros, dont le coût sera partagé entre le musée et des partenaires privés. Le plan de restauration du jardin ne comprend pas seulement des aménagements d’espaces verts, mais aussi une restructuration en profondeur du fonctionnement du jardin. Choix d’un autre type de sable afin d’avoir un sol plus perméable, ou encore restauration des statues du site, érodées par 300 ans de pluie et de vent, choix des fleurs, les architectes paysagistes se sont penchés sur tous les sujets sensibles. Avec la plantation de nombreux arbres, de vignes sur les pans de murs à côté de la Place de la Concorde, et aussi avec des parterres de fleurs en adéquation avec les différentes expositions du Louvre. Ces travaux, sur le long terme, permettront d’améliorer à la fois l’image du jardin ainsi que sa qualité de vie.

N’hésitez pas à y faire un tour dès à présent, pour vous balader entre les bassins, la lavande et les jacinthes. Flower & Culture Power

Crédits photo et sources : Wall Street Journal/Musée du Louvre/Wikimedia

Les commentaires sont fermés.