Le Kid est de retour… il a changé

Les fans l’attendaient avec impatience, il est enfin arrivé. Speedin’Bullet 2 Heaven, cinquième album solo de Scott Mescudi as known as Kid Cudi, a vu le jour le 4 décembre dernier. On a adoré, on a détesté, on s’interroge. C’est un ovni.

Jay-Z, Mary J Blige, Snoop, tous veulent collaborer avec lui, et pour cause, le Kid a du talent à ne plus savoir quoi en faire. Rappeur, producteur, musicien, acteur (mais on ne retiendra pas vraiment ses apparitions), le Kid a tout pour plaire et c’est ce qui fait son succès. Ce qui laisse perplexe c’est la difficulté à lui accoler un genre. Si l’étiquette Hip-Hop pouvait très bien lui aller, son nouvel album Speedin’Bullet 2 Heaven vient semer le trouble dans nos interrogations. C’est un changement radical qui est opéré ici pour le natif de Cleveland. Un album aux allures de garage rock avec un souffle psychédélique, moins de production par ordinateur et une prédominance incontestable de la guitare.

Le trentenaire s’amuse avec les sonorités pendant une heure et demie entre distorsions et reverb. On est à la limite de la repet d’un groupe de rock de temps à autre, puis d’un coup, un titre vient nous détendre à l’image de Handle With Care dans lequel la voix trafiquée de Scott est soutenue par une guitare acoustique. On pense à Skip The Use, parfois, et d’autres titres comme Fuschia Butterflies, viennent préciser la frontière entre ce que nous lui connaissions d’avant, et les nouveaux morceaux. En d’autres termes, le genre de titre qui ressemble de très loin à ce qu’il faisait avant.

Certes, il est intéressant pour un artiste de se renouveler, le public n’est jamais content, tantôt déçu par la redondance, tantôt exaspéré par la nouvelle orientation de l’artiste. Peut-être que le changement de direction doit s’opérer progressivement et non radicalement. Le Kid se fait ici un gros kiff et si on retrouve néanmoins sa voix reconnaissable, on a envie de balancer « C’est Kid Cudi ? Ah oui, mais c’est parce que je n’étais pas sûr…»

Sa force reste quand même de rester bon, là où on ne l’attend pas. Personnellement je ne suis pas vraiment fan du nouvel album, mais il faut reconnaitre que c’est intéressant musicalement bien que légèrement répétitif sur 26 titres.

Crédit Photo : ohmymag.com

Les commentaires sont fermés.