Le melting pot hommage de Robert Glasper

Annoncé il y a peu, Robert Glasper revient avec un album en hommage à Miles Davis, le 27 mai prochain.

Pour donner une définition assez simple du melting pot, un Jamel Debbouze encore rayonnant, au sortir de H, disait : « Un melting pot, c’est quand t’as tes potes qui se melting ». Nous, on vous pose ça là, vous en faites ce que vous voulez. En attendant, 2016 marque l’année des 25 ans de la mort de l’immense Miles Davis. Alors, pour lui rendre hommage, Robert Glasper a décidé de sortir un album intitulé « Everything’s Beautiful ». On a déjà hâte.

Comme de nombreux amateurs de musique, Robert Glasper n’a pas pu passer à côté de Miles Davis. Comme de nombreux musiciens, ou producteurs, Robert Glasper a été influencé, inspiré, par Miles Davis. Comme de nombreux nostalgiques, Robert Glasper s’est dit que ça faisait vraiment trop, 25 ans sans Miles Davis. Alors, oui, certes, il y en a eu depuis des albums de reprises, des best of, mais rien de vraiment très nouveau ni intéressant musicalement. Mieux valait-il encore écouter l’original. Alors, pourquoi cet album de Glasper est-il si attendu ? Eh bien, parce que, contrairement aux autres, le producteur de Houston n’a pas voulu prendre du Miles Davis pour le remixer encore une fois. Pour lui la démarche est tout autre. Il a voulu prendre les idées musicales du trompettiste, les mélanger aux siennes, et montrer dans ces titres l’influence du natif de l’Illinois.

Pour rendre cela possible, Bob Glasper s’est entouré de pointures telles que Stevie Wonder, Erykah Badu, Phonte, Illa J et bien d’autres. Pour le moment, très peu de musique a filtré des enregistrements studio effectués. Toutefois, on a pu écouter, sur la BBC One, un premier titre : « Ghetto Walkin » où on retrouve Bilal (le chanteur, pas ton pote avec qui tu tapais le foot dans la cour en CM1) et sa superbe voix. Un vrai melting pot de talents de tous les horizons, pour un souffle nouveau, une fraicheur agréable dans les hommages à Miles Davis.

Allez viens !

Le projet semble pharaonique, royal, à la hauteur de celui qui en a été l’inspiration et devrait être un hommage phénoménal au grand trompettiste américain.

Les commentaires sont fermés.