Le Mois de la photo change de peau en 2017

L’événement photographique parisien évolue à partir de 2017 avec une nouvelle formule et de nouvelles dates. Il aura désormais lieu au printemps, et se déploiera dans toute la région parisienne pour célébrer un art de plus en plus apprécié du public français.

Ne dites plus « Mois de la photo », mais « Mois de la photo du Grand Palais ». L’événement de photographie majeur dans la capitale fait sa mue, pour proposer des expositions en moins grand nombre, mais de plus grande qualité. Les grandes lignes de cette nouvelle version du Mois de la photo seront annoncées en novembre 2016, pour une inauguration prévue en mars 2017. Vous l’aurez donc compris, cette année, il n’y aura pas de Mois de la photo. Il faudra encore attendre un an pour découvrir une nouvelle édition de cet événement, qui rythme habituellement la scène artistique française.

Cette décision est le fruit d’un accord passé entre la Mairie de Paris, qui soutient l’événement depuis sa création en 1980, et la Société du Grand Paris, qui s’applique à l’échelle de la métropole. Les organisateurs demeurent pour l’instant très vagues sur la forme que prendra cette nouvelle version du Mois de la photo : « Il n’y aura pas de thème pour l’édition 2017, mais le nombre de projets proposés sera réduit, et quelle que soit la taille de chaque exposition ou événement, ils devront être incontournables afin d’inciter les visiteurs à se déplacer en tous points sur ce nouveau territoire ».

Un nouveau modèle pour une nouvelle pratique photographique

Jusqu’à présent, le Mois de la photo avait lieu au mois de novembre, tous les deux ans, les années paires. Désormais l’événement sera décalé au printemps, peut-être pour attirer un public plus large, ou pour profiter davantage de lieux d’expositions situés en extérieur. De nouvelles règles de participation seront également présentées prochainement aux différents partenaires (musées, institutions, galeries, instituts étrangers,…) pour les tenir au courant de la mutation du projet. C’est à l’ancien directeur des Rencontres de la Photographie d’Arles, François Hébel, qu’a été confiée l’évolution du projet et sa direction artistique. De son côté, le directeur de la Maison Européenne de la photographie Jean-Luc Monterosso, demeure le commissaire général de l’événement.

Mais pourquoi faire évoluer ce modèle, qui fonctionnait si bien jusqu’ici ? Les organisateurs du Mois de la photo estiment que la pratique de la photographie a profondément évolué au cours des dernières décennies, et que l’événement doit s’adapter à ces mutations pour proposer aux visiteurs une expérience aussi riche que possible. Qu’il soit en perte de vitesse ou qu’il ait besoin de renouvellement pour attirer un public plus diversifié, le prochain Mois de la photo s’annonce donc riche en surprises. Rendez-vous en 2017…

Les commentaires sont fermés.