Le Monde 1 – 0 DAESH

Il y a eu plusieurs sombres nouvelles durant l’été. L’Italie a été frappée par un séisme détruisant une grande partie de son patrimoine. Marc Riboud et Michel Butor sont décédés, le directeur du V&A démissionne à la suite de l’annonce du Brexit. Le Louvre a été éclaboussé par une affaire de faux mobilier. Mais parmi tout cela, on a tout de même appris une bonne nouvelle.

Le tribunal de La Haye a jugé le « cerveau » des destructions de plusieurs mausolées à Tombouctou. Comme vous le savez, Daesh détruit et rase le patrimoine de nombreux pays, sans se préoccuper des conséquences. Au-delà d’une guerre idéologique, c’est une guerre visuelle que tente de gagner le groupe Etat Islamique depuis bien longtemps. On ne connait que trop bien les photos et vidéos où les fanatiques se mettent en scène, montrant fièrement comment ils saccagent des monuments ou encore exécutent des gens publiquement. 

Pour une fois, le monde leur rend la pareille en jugeant un djihadiste malien devant la Cour pénale internationale, et en publiant un cliché du terroriste. Grâce à cette photo, Daesh peut clairement comprendre que, non, leurs crimes ne restent pas impunis. Que bien qu’ils détruisent avec la volonté de faire disparaitre le patrimoine, nombreux sont les pays et organismes qui se chargent de reconstruire physiquement les bâtiments, ou qui veillent à faire perdurer la mémoire de ce patrimoine. Et par-dessus tout ça, le fait que le condamné s’excuse, et dise regretter les faits en demandant aux gens de ne pas suivre son exemple, c’est autant de pics dirigés vers le groupe terroriste. Tout ce stratagème vise à ébranler l’image de suprématie que tente de véhiculer l’Etat Islamique et permet, petit à petit, de fissurer un peu plus son message et son symbole.

Bien que le fanatique ait plaidé coupable, et que cet acte ne lui vaudra que 9 ans de prison, c’est une grosse victoire pour l’Occident, qui rappelle par la même occasion que les musulmans sont également les victimes, voire les premières victimes, du groupe Daesh et que les amalgames doivent cesser.

La protection du patrimoine et la lutte contre le terrorisme, ainsi que le trafic de biens culturels, avancent toujours et ne faiblissent pas. Et nous, on est contents.

Les commentaires sont fermés.