Le salon du Vintage 2015 au Carreau du temple

Pour la 17ème édition du salon du vintage, le succès était au rendez-vous : pour une heure de queue, et contre 5 euros, vous pouviez entrer dans le « sanctuaire du vintage ».
Cette année, ce qui a fait la caractéristique de l’évènement, a été la grande variété des exposants. En effet, plus de 140 stands se sont partagé le Carreau du Temple.

 

Qu’est-ce que c’est le Vintage ?

Comme vous le savez, le vintage est à la mode. C’est une philosophie. Les visiteurs ont tous chiné, au moins une fois, des vêtements anciens dans les fripes, les dépôts de ventes, les salles des ventes, les puces ou encore les brocantes.
Pour la mode vestimentaire, les vêtements ne sont pas neufs. Ils sont anciens et généralement en exemplaire unique. Le style vintage convient aux personnes qui cherchent des tenues ou accessoires de mode qui ont vécu.
Plus qu’un effet de mode, le vintage est devenu en 2015 une philosophie, un art de vivre, et un mode de vie. C’est une façon de penser autrement la mode, dans notre vie courante. Les amateurs du vintage ont souvent une démarche complexe sur la façon de voir la mode. Ils ont un attrait pour l’histoire et souhaitent se démarquer. Adopter le vintage c’est revendiquer sa propre personnalité, et ne pas subir les dictats de la mode. (QUOI, vous êtes en train de me dire que je fais la définition du … HIPSTER !?)

 

Les coups de cœur de ce 17ème salon

Mobiliers des années 60/70, de la déco, des vêtements, un dj set signé MAGUEULE qui ambiance le salon avec des « mix retro » … tout y était.
D’autres « évènements » ont été mis en place afin d’animer le salon. Vous pouviez, par exemple, louer une des voitures anciennes (DS, mustang, Porsche) pour vous balader autour du Carreau. Vous en avez marre de votre barbe ? Pas de problème, Big Moustache vous rasait gratuitement, avec « d’anciens accessoires » (dites adieu à votre tondeuse). Mesdames, vous n’étiez pas oubliées, puisqu’il y avait également un stand maquillage…
Vous aimez la danse ? Alors vous pouviez admirer les danses rock’n’roll de Mademoiselle Coco & Jerry Loup …

Le premier coup de cœur de ce salon a été la vente de nombreux posters, rares, des concerts de David Bowie couvrant la période « Ziggy Stardust » et « Aladin Sane », c’est à dire entre 1966 et 1979. Il y a également l’exposition Renoma : cette marque a habillé les plus grandes célébrités de l’époque, tels que Serge Gainsbourg, John Lennon, Mick Jagger ou encore la sublime Brigitte Bardot.
Enfin, mon endroit préféré a sans doute été l’espace « disquaire ». Comme vous le savez, le vinyle est revenu à la mode. Si vous êtes un afficionado de la galette noire, vous pouviez facilement trouver votre bonheur : par exemple, on trouvait des gros classiques du rock avec les Led Zepp’, beaucoup moins cher que ce que l’on vous propose de « neuf » dans les grandes enseignes, ou encore des artistes de soul/funk/jazz oubliés dans l’histoire de la musique … dont la plupart sont « resamplés ».
Vous ne me croyez pas ? Ecoutez cette playlist des Daft Punk et vous comprendrez l’importance du vinyle …

Cette 17ème édition du salon du vintage a été une réussite au niveau évènementiel. Néanmoins, ce que l’on pourrait reprocher, c’est que le « vintage » est devenu beaucoup trop à la mode. Le concept de « faire du neuf avec du vieux » est intéressant, mais en contrepartie, vous devez y mettre le prix. Les vieux d’la vieille vous diront que « c’était mieux avant », l’époque où on pouvait trouver des vêtements pas chers dans les fripes. Cette époque est révolue.

 

Crédits photo : Facebook

Les commentaires sont fermés.