Le soleil brille en Iran

Wim Delvoye, le célèbre artiste belge, prévoit d’ouvrir un musée à Kashan en Iran. 

Wim Delvoye a choisi la ville de Kashan, cette oasis verdoyante située en plein désert, pour y installer son nouveau musée. L’artiste prévoit de restaurer 5 édifices afin de créer une surface d’exposition de près de 3000m2.

Il souhaite mettre en avant son travail, mais aussi celui d’artistes locaux, et ainsi mettre en lumière la scène artistique iranienne. Wim Delvoye prévoit également d’y installer son atelier. L’artiste expose actuellement au Musée d’Art Contemporain de Téhéran, et prochainement au Musée d’Art Contemporain d’Ispahan (Isfahan). Le musée d’Art Contemporain de Téhéran avait exposé des artistes non-iraniens, mais Wim Delvoye est le premier à se voir offrir les 7 salles d’exposition, rien que pour lui ! Cet artiste, qui joue avec les tabous et qui n’a pas peur de lever de voile sur certains sujets, sentait depuis un moment que l’Iran était en passe de s’ouvrir davantage au monde de l’art.

Les barrières sont désormais tombées, et l’artiste belge n’a pas attendu pour sauter sur l’occasion. C’est pour lui la meilleure façon de laisser une trace dans l’Histoire de l’art, et de pouvoir léguer quelque chose aux artistes du futur. Wim Delvoye explique qu’il « ne vivra pas pour toujours » et qu’il est important de soutenir des scènes artistiques émergentes. L’Iran est un pays riche de par son histoire, sa culture, et ses artistes. Le belge confie, d’ailleurs, posséder dans sa collection plusieurs pièces de jeunes artistes iraniens. La scène artistique iranienne a toujours été pleine de promesses, et depuis la levée de l’embargo, de nouveaux rapports et échanges sont possibles pour le monde de l’art.

Le projet a déjà permis d’employer une vingtaine de personnes. Outre un musée, un atelier, le belge prévoit d’y construire des hôtels ainsi qu’un restaurant. Une façon d’accentuer l’attractivité touristique de cette ville, et de créer des échanges culturels encore plus importants. 

Un beau projet en somme, qui promet de nombreux changements. Cette construction permettrait à l’Iran de donner un nouveau souffle à ses échanges culturels, mais également de re-booster l’image de la jeune scène artistique. Le problème étant maintenant, la question du VISA et du déplacement des collectionneurs et des marchands…

Les commentaires sont fermés.