Le Trailer de la semaine : Civil War

Réalisés par les frères Russo (Toi et Moi…et Dupree, Captain America : le soldat de l’hiver) – supposé prendre la suite de Joss Whedon dans l’organigramme Marvel – Captain America : Civil War (sortie le 27 avril 2016 en France), sera la première pierre de la phase 3 de Marvel. L’affrontement tant attendu entre Captain America et Iron Man devrait bien avoir lieu dans cet épisode. En effet, l’équipe de Steve Rodgers (Hawkeye, Soldat de l’Hiver, la Sorcière Rouge, Ant-Man, Agent 13, Le Faucon) mettra un point d’orgue à lutter contre le fameux Superhuman Registration Act, proposé par le gouvernement à la suite d’un nouvel incident, et soutenu par Iron Man et son équipe (la Veuve Noire, Vision, Iron Patriot, Black Panther, Spider Man). Si les images finissent par se ressembler d’un film à l’autre, l’intérêt sera de suivre les premiers pas de Black Panther (Chadwick Boseman, qui aura son propre film), et de Spider Man (Tom Holland qui aura aussi son propre film). Autre anomalie, mais qui en est finalement de moins en moins une, la présence au casting d’acteurs pas vraiment habitués à ce type de films : Daniel Brühl (en Baron Zemo), William Hurt (qui reprend son rôle de Thaddeus Ross), et Martin Freeman (en Everett K. Ross) viendront compléter une liste d’acteurs géniaux venus participer à la grande messe du cinéma mondial. A part ça, Civil War semble  n’être qu’un énième film (le 13ème) calibré pour du fan-service, afin de remplir les poches de Disney-Marvel. De toutes manières, ils savent très bien qu’en jouant sur l’accumulation des superhéros, la machine Marvel continuera à attirer les fans. Néanmoins, ce sont les films solos qui risquent ensuite d’en subir des conséquences néfastes. Dorénavant, personne ne supportera un film avec un seul gentil et un seul méchant. Cela entraînera l’explosion du système, car avec 30 superhéros à l’écran, les films ne supporteront plus le format cinéma. Si la série semble déjà avoir pris le relais, le fait qu’ils prennent des stars, avec de gros cachets, les obligent à répartir équitablement leur temps d’écran, ce qui au cinéma, posera tôt ou tard un énorme problème d’ego.

Les commentaires sont fermés.