Le XXe siècle en quatre-vingts dessins de presse

Les grilles du jardin du Luxembourg exposent. Le Sénat propose une exposition en plein air qui accompagne les joggeurs dans leur course effrénée. Entrée libre dans la limite des places disponibles sur le trottoir.

Cela fait douze ans que le Sénat expose des photographies, c’est donc une nouveauté d’exposer des dessins de presse, insiste Jean-Pierre Bel, président du Sénat. Il s’agit d’une exposition qui fait honneur à la presse, et surtout à la liberté d’expression, quand bien même les dessinateurs critiquent le pouvoir ou réalisent des dessins qui tirent vers la caricature. Ces dessins, issus de divers journaux : L’Assiette au beurre, Le Rire, Le Figaro, Le Monde ou encore Le Canard Enchainé, témoignent bien d’un droit à l’expression, mais aussi d’un « droit de rire ensemble ».

Certes, dans les tous premiers balbutiements de la presse, on ne lisait que des mots. Mais aujourd’hui, la presse c’est aussi des dessins qui font désormais partie intégrante du journal. On reconnaît dans cette exposition des grands noms de dessinateurs tels que : Laforge, Grandjouan, Sennep, Grove, Dubout, Effel, Tim, Sempé, Cabu, Siné ou Plantu, qui ont fait évoluer le dessin de presse. En quelques coups de crayons, ils saisissent le réel de manière étonnante. Difficile pour les badauds, de ne pas esquisser un sourire, face à ces dessins drôles et intelligents.

Ils jouent avec nos représentations, nos clichés. En fait, on rit de nos propres stéréotypes. Les traits sont exagérés, sans pour autant être faux. Ces hommes éclairés observent les événements, s’interrogent. Lucides et clairvoyants, ils approchent la réalité en défiant tout tabou ou censure. Et cela peut surprendre : alors qu’ils vivent une actualité brûlante, leur regard est déjà distancé, décalé.

Le XXe siècle était un siècle agité, parfois tourmenté. A travers ces dessins, on revit des moments clefs de ce siècle tels que : la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la guerre de 14-18, les « années folles », le Front Populaire, les premiers congés payés en 1936, le dernier jour des maisons closes durant l’été 1946, la législation de la pilule en 1967, mai 68, le conflit israélo-palestinien, la chute du mur de Berlin ou encore la vague écolo…

Sempé, Une France téléphage

Sempé, Une France téléphage


L’exposition a été réalisée à partir du livre de Jacques Lamalle et Patrice Lestrohan, publié aux éditions Les Arènes.

Les commentaires sont fermés.