Les aventures d’Hergé au Grand Palais

Il est celui qui fait voyager les 7 à 77 ans à travers le temps et l’espace. Son œuvre, Tintin, est intemporelle. Petits, moyens ou grands, les planches du personnage culte et de son acolyte Milou sont lues par toutes les générations. Comment en est-on arrivé à un tel succès ? L’histoire est racontée au Grand Palais.

« Tintin m’a rendu heureux. J’ai fait de mon mieux ce que j’ai fait et ça n’a pas toujours été facile. Mais je me suis beaucoup amusé. Et en plus, comme le disait Sacha Guitry, on m’a payé pour le faire. C’est un comble, non ? »

C’est sur ces paroles prononcées le 30 décembre 1975 à La libre Belgique que démarre la rétrospective d’Hergé au Grand Palais. Après Seydou Keita, le musée rend hommage au dessinateur qui a fait du 9e art une pratique à part entière et dont l’œuvre est aujourd’hui incontournable. Qui n’a, en effet, jamais entendu parler de Tintin au Congo, L’oreille cassée, L’étoile mystérieuse, les Cigares du pharaon, Objectif lune, Le lotus bleu ou Le spectre d’Ottokar ?

Pour comprendre cet engouement pour les albums de Tintin, l’exposition propose un come-back sur la vie de Georges Remi (RG),  mais aussi (et surtout) un décryptage de son génie créatif. Entre plusieurs croquis, on (re)découvre ainsi les influences artistiques (cinéma, art contemporain) d’Hergé et ses méthodes de travail. Bien plus qu’une simple présentation de l’univers de Tintin, la monographie vise à faire plonger le visiteur dans l’imaginaire du dessinateur qui a su convaincre une centaine de millions de lecteurs depuis 1929. 1929, date à laquelle tout a commencé pour Hergé avec la publication des aventures de Tintin dans Le Petit Vingtième.

Mêlant dates clefs et histoire de la presse, l’exposition Hergé permet de resituer le parcours des deux hommes qui n’a cessé d’évoluer au fil des années, et au fil des rencontres. Celle de Tchang en 1934 compte notamment parmi les plus décisives. Alors qu’Hergé travaille sur l’idée d’un Tintin en Extrême Orient, ce jeune étudiant chinois l’initie à la culture de son pays et participe étroitement à l’élaboration du Lotus bleu, premier chef-d’œuvre incontestable d’Hergé. Sans en avoir véritablement conscience, il crée son propre style et une ligne (la ligne claire). Son succès ne fera que croître tout au long du vingtième siècle, en Belgique, en Europe et dans le monde entier.

 

Hergé, un homme aux multiples facettes

Dessinateur et scénariste virtuose, Hergé était aussi peintre et graphiste, une facette moins connue de sa personnalité que l’on découvre de façon fragmentée tout au long de l’exposition. De ses essais de peintre au début des années 1960 à ses réalisations publicitaires, on dévoile au Grand Palais un aspect méconnu du talent du dessinateur. Méconnu car il a fallu choisir. « La bande dessinée est mon unique moyen d’expression – qui y-a-t-il d’autre à ma disposition ? – La peinture ? Il faut y consacrer sa vie. Et comme je n’ai qu’une vie – et déjà largement entamée –, je dois choisir : la peinture, ou Tintin, pas deux ! » expliquait Hergé.

Tintin, vous l’aurez compris, est donc au cœur de l’exposition et de la vie d’Hergé, qui a abandonné certains projets (notamment la BD Jo, Zette et Jocko) au profit de son aventurier reporter orphelin. Mais il ne faut pas non plus zapper tous les autres personnages (entre autres Dupondt et Dupondt, le Capitaine Haddock, la Castafiore et bien sûr Milou) qui font partie de l’aventure.

Au total, « Hergé » c’est une centaine d’œuvres à découvrir, dix salles dans lesquelles déambuler, admirer et se remémorer, quelques installations vidéo, maquettes miniatures, reproduction d’univers, et une histoire : la sienne. Laissez-vous tenter par ce nouveau tome écrit par le Grand Palais.

 

Informations pratiques :

Hergé, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Grand Palais

Galeries nationales entrée square Jean Perrin

Horaires et tarifs ici (http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/herge)

 

Crédit photo : Af che Rmn-Grand Palais / Photo Paul Nemerlin, Hergé © Adagp, Paris, 2016 © Hergé-Moulinsart / Elodie Schwartz

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.