Les chevaliers du ciel

OK. Marre d’entendre de l’accordéon dans le métro tous les matins ? D’attendre le bus sous la grêle pendant des plombes ? Des boulevards obstrués par des touristes à Vélib et par des Hummer avec pare-buffles ? Faites donc un tour chez la maison de ventes Besh à Cannes et repartez avec…un Mirage IIIE de l’armée de l’air française.

Quelques mots sur ce bijou volant estimé entre 30 et 50 000€ (soit le prix d’une caisse de 12 bouteilles de Pétrus de 2000). Le Mirage IIIE est selon la dénomination militaire un « intercepteur tout temps, d’aide à la pénétration nucléaire pré-stratégique, d’assaut ». Oui, comme votre petit surnom coquin.

Entré en service en 1964, il est bardé d’électronique de précision (pour les passionnés me joindre directement pour les détails style « poussée au décollage », « radars et calculateurs »), et pouvait atteindre Mach 2,10 à 11 000 mètres d’altitude. On ne parle pas ici d’un cross Honda avec un pot dessoudé. Equipé de deux canons de 2 x 30mm, d’une bombe atomique AN52, de 2 bombes de 400kg ou de missiles, il apportait la paix et l’amour dans le ciel ombragé des conflits internationaux.

Evidemment il est annoncé en vente désarmé. Mais pour ceux qui ont un brevet de pilote, une carte Total et un petit bout de terrain ça vaut franchement le coup.

Pour les curieux et les autres, rendez-vous le 26 et le 27 mars 2016 à l’Hôtel Martinez de Cannes pour suivre cette vente hors-normes.

Crédits et sources photographiques : Armée de l’air française/ Besh/Wikimedia

Les commentaires sont fermés.