Les nominés du Prix Marcel Duchamp sont…

Prix de collectionneurs historique créé en 2000 par l’ADIAF (Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français) ayant pour vocation de récompenser un artiste français ou vivant en France pour l’aspect novateur de son travail, le Prix Marcel Duchamp a annoncé ses 4 nominés pour cette 15ème édition. Composé de 11 collectionneurs de l’ADIAF, le Comité de sélection s’est réuni le 5 février pour choisir les 4 candidats sélectionnés qui se verront exposés dans un musée en région et à la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain). De plus, un catalogue leur sera consacré.

Le premier nominé se nomme Davide Balula ; producteur, musicien, plasticien et compositeur, ce jeune touche-à-tout qui a grandi avec l’avancée technologique s’interroge sur le réel et ses limites à travers des dispositifs sonores et électroniques, visuels et plastiques.

davide.balula.free.fr

Le deuxième nominé, Melik Ohanian, travaille entre Paris et New York sur la notion de temps à travers une multiplicité de médias. En plaçant le spectateur dans un état d’exploration, l’artiste s’interroge sur la complexité des distances, qui sont le socle des relations intersubjectives.

melikohanian.com

Neïl Beloufa, troisième nominé vit et travaille à Paris à travers une grande diversité de médias tels que la peinture, la sculpture, les installations, la photographie ou encore la vidéo. Son univers gravite autour de la mémoire, de la vision mais principalement des stéréotypes qui nous entourent.

neilbeloufa.com

Le dernier nominé est en réalité une dernière nominée. Zined Sedira, née de parents algériens, vit et travaille à Londres. Son œuvre est une autobiographie sur sa double identité franco-algérienne et son statut de résidente anglaise. A travers la vidéo, la photographie, l’écriture, l’installation et la technologie, cette artiste aborde les thèmes de la sexualité, le langage, la mémoire ou encore la relation mère-fille, son thème favori.

zinebsedira.com

Crédits visuels :  The Buried Works, par Davide Balula

Les commentaires sont fermés.