Les trailers de la semaine

Mercredi prochain sera marqué par la sortie de Zoolander 2 (suite de Zoolander sorti en 2001). Toujours porté par le trio Ben Stiller, Owen Wilson et Christine Taylor, cette suite devrait intéresser les publics jeunes et familiaux (cibles privilégiées des comédies). Néanmoins, Zoolander 2 ne fera pas cavalier seul dans nos salles obscures. En effet, il se trouvera face au blockbuster d’action La chute de Londres et le dramatique Eperdument

La chute de Londres fait suite au petit film d’action La chute de la maison blanche (sorti en 2013). Après avoir sauvé le président Asher d’une attaque de la maison blanche, Mike Banning est de retour. Sa mission consiste à escorter Asher à Londres, pour assister aux funérailles du premier ministre britannique. Cependant, les choses ne se passeront pas comme prévues. Une nouvelle fois, Banning usera de ses aptitudes pour mener à bien sa mission…

Basé sur le concept du One man standing (genre lancé par la saga Die Hard), La chute de Londres reprend les mêmes codes que l’opus précédent, en y ajoutant quelques nuances. La force du premier film résidait dans le fait qu’il se déroulait dans un espace clos (la maison blanche). Ici l’intrigue a été déplacée à Londres. Les enjeux sont donc plus grands tout comme la tension dramatique. Le casting reste inchangé avec Gerard Butler (Mike Banning), Aaron Eckart (président Asher) et Morgan Freeman (Alan Trumbull). Antoine Fuqua (réalisateur du premier opus) n’a pas rempilé et a laissé sa place au très peu connu, Babak Najafi. Ce changement pourrait apporter une autre vision, notamment en termes de scènes d’action, et de la diversité dans ce qui semble être une nouvelle saga…

Enfin, il y aura Eperdument. Dans un registre très différent des deux films cités précédemment, cette œuvre se penche sur le fameux thème de l’amour impossible. Ce serait trop facile de dire que ce sujet sent le réchauffé tant le cinéma contemporain se tue à revisiter des scénarios vus et revus. Eperdument se démarque car il s’attaque au milieu carcéral, plus particulièrement il nous expose le lien inexplicable entre un directeur de prison et une détenue. Ce point est important car il nous permet d’adoucir un monde présenté généralement comme impitoyable. Le deuxième point fort de ce film est la rencontre de deux acteurs reconnus. D’un côté Guillaume Gallienne (César 2014 du meilleur acteur pour Les garçons et Guillaume, à table !), de l’autre, Adèle Exarchopoulos (star du multi-récompensé La vie d’Adèle). Ce face à face présente un certain potentiel et promet de l’émotion. En tout cas on espère que ce long métrage lancera la carrière du réalisateur Pierre Godeau, surtout après l’échec de Juliette en 2013.

Il s’agit donc d’une semaine chargée et diversifiée qui pourrait en satisfaire plus d’un.

Les commentaires sont fermés.