Looking forward to the Past : La vente du siècle ?

Dans quelques semaines, et plus précisément le 11 mai prochain, New York focalisera l’attention du marché de l’art de la planète. Pas d’emphase inutile, mais l’évènement est cependant de taille : la vente du tableau du maître espagnol, intitulé Les femmes d’Alger (Version « O ») dans les salons feutrés de Christie’s au Rockfeller Plaza, tableau estimé à 140 millions de dollars.

Cette peinture de 1955, dernière d’une série éponyme inspirée du peintre français Eugène Delacroix, sera donc l’objet de toutes les attentions. La vente, orchestrée par Loïc Gouzer, un jeune expert suisse qui est devenu le visage moderne de la maison londonienne, comprendra 25 œuvres mondialement connues comme un Monet de 1902 (estimé à 35 millions de dollars), et un Rothko (on monte à 40 millions cette fois). Par son impact dans la presse, cette vente fera venir à elle des curieux, des amateurs, mais aussi de possibles acheteurs désirant marquer les esprits et le marché de l’art. Investissement, caprice, valeur sûre, il est évident que ces mots retentiront dans la presse le lendemain de la vente. Tout ce battage médiatique fait autour d’elle se retrouve en France, ravivé par la réouverture du musée Picasso à Paris, et qui place d’office l’artiste au centre des attentions du monde de l’art.

Ah Picasso ! Son nom aura permis de brasser des sommes colossales n’est-ce pas ? Estimée à 10 milliards d’euros en 2013 par la présidente du musée Picasso, Anne Baldassari, la collection du musée se place à présent dans les hautes-sphères du business de l’art. Même ses dernières œuvres décollent, souvenez-vous du tableau Dora Maar au chat (de 1941) vendu plus de 90 millions de dollars en 2006, alors que l’estimation le plaçait 20 millions moins cher ; et c’est sans parler de ses croquis qui, eux, partent comme des petits pains pour environ 30 000 €.

Il manquait un dernier élément pour propulser Les femmes d’Alger au sommet du monde : portant la belle signature du peintre, la toile provient de la célèbre maison Victor & Sally Ganz, réputée pour avoir la plus grande collection de Picasso au monde. Reste à savoir si cela suffira pour faire tomber le précédent record d’une vente aux enchères, détenu par le triptyque de Francis Bacon, intitulé Three studies of Lucian Freud, et adjugé pour … 142,2 millions de dollars.

Sources et crédits photographiques : Christie’s/Le Figaro/Les Echos/New York Times/New York Observer.

Les commentaires sont fermés.