Louis Faurer à la Fondation HCB : focus on America

Du 9 au 18 décembre 2016, la Fondation Henri Cartier Bresson rend hommage au photographe américain Louis Faurer. Ce dernier n’avait pas fait l’objet d’une exposition en France depuis 1992. Durant trois mois, la fondation invite donc le public à (re)découvrir l’œuvre de l’artiste qui a fait de New York le thème central de son travail. Une centaine de photos sont réunies pour l’événement. 

 

Louis Faurer en quelques mots

Né en 1916 à Philadelphie, Louis Faurer débute sa carrière par le dessin en réalisant des affiches publicitaires et des caricatures. A l’âge de 21 ans, il achète son premier appareil photo et remporte le prix organisé par le quotidien Philadelphia Evening Public Ledger. Market street, grande artère de sa ville natale, devient alors le sujet de ses premiers clichés.

En 1947, Louis Faurer s’installe à New York et tombe sous le charme de la vie trépidante qui s’y déroule. A côté des commandes de mode qu’il exécute pour Flair, Harper’s Bazaar ou Glamour, il penche pour la fragilité des choses et l’inconscient révélé. Jusque dans les années 1960, Louis Faurer photographie ce qui le touche, partageant même ses doutes.*

Plus tard, son intérêt pour la photographie s’estompe. Louis Faurer se tourne alors vers le film avec pour idée de capter ce qui est voué à disparaître. Il décède en 2001 à l’âge de 84 ans.

 

Une exposition hommage

Peu connu du grand public, Louis Faurer est pourtant un des représentants de la photographie américaine d’après-guerre. Sur deux étages sont exposés une centaine de ses tirages en noir et blanc ayant pour toile de fond deux thématiques récurrentes : des protagonistes marqués par le destin (aveugles, mendiants), et l’essor économique de l’Amérique d’après-guerre.

Prises sur le vif, les photographies de Louis Faurer font preuve d’une dure réalité et interrogent aussi sur l’indifférence existant à l’époque. Par des jeux de miroirs et de composition, Louis Faurer fait comprendre que les classes sociales se côtoient mais ne s’entre-aident pas. Ses photographies narrent le quotidien d’une société divisée, et nous font aussi voyager. On se croirait presque revenus soixante ans en arrière.

La force de Louis Faurer est de jouer sur la dualité. D’un côté un monde aisé, de l’autre un monde abandonné, d’un côté la réalité, de l’autre la publicité. Louis Faurer s’amuse même parfois de certaines situations comme avec Earle Theatre au coin de la 11e et Market Street et nous livre quelques clichés comiques.

C’est finalement sa vision de l’Amérique que l’on découvre grâce à l’exposition mais aussi une partie de lui-même, car Louis Faurer se projette sciemment dans ceux qu’il photographie. Il s’y reconnaît et apparaît même sur certaines photos. Ce que cherchait son regard ? « Des gens qui sont reconnaissants à la vie, des gens qui pardonnent et qui ont surmonté leurs doutes, qui comprennent la vérité, dont l’esprit tenace est baigné d’une lumière blanche tellement perçante qu’elle donne de l’espoir à leur présent et à leur avenir ».

 

Informations pratiques :

Louis Faurer à la Fondation Henri Cartier Bresson

2, impasse Lebouis – 75014

Du mardi au dimanche de 13h00 à 18h30,  le samedi de 11h00 à 18h45.
Nocturne le mercredi jusqu’à 20h30.

Tarifs ici (http://www.henricartierbresson.org/pratique/)

 

Crédit photos :

© Louis Faurer Estate, Courtesy Howard Greenberg Gallery

© Louis Faurer Estate

 

Les commentaires sont fermés.