Marc Cerrone, l’Africain

Le pape de la musique disco revient, en février, entouré des légendes africaines Tony Allen et Manu Dibango. 

Il est vrai que, chez ART/CTUALITE, on vous parle souvent de notre souhait de vous faire découvrir et de porter les jeunes talents de la scène artistique. Il est vrai, aussi, que notre maxime, « et si l’art de demain commençait aujourd’hui ? », abonde dans ce sens. Mais, ce qu’on souhaite, surtout, chez ART/CTUALITE, c’est célébrer l’art, sous toutes ses formes et qu’importe son âge. Alors, quand le grand manitou du disco made in France, Marc Cerrone, revient avec un album, forcément on est obligés de tendre l’oreille. Et puis, peut-être que, pour une fois, vous pourrez faire lire un article de la rubrique musique à vos parents, sans avoir peur de tomber sur une blague vaseuse, un jeu de mots douteux, une référence « thug life » ou encore une moquerie. 

Lorsqu’on s’appelle Cerrone, qu’on a initié le disco en France et en Europe, qu’on a longtemps été absent de l’actualité musicale et qu’on décide de faire son grand come-back, à l’heure où les jeunes loups poussent tous pour être en tête de la meute, il faut revenir avec un projet béton. Heureusement pour lui, le sage a toujours su s’entourer et une fois encore, il a fait très fort. En choisissant de s’associer avec le percussionniste Tony Allen et le prince du saxophone, Manu Dibango, le producteur français est donc épaulé par la crème de la crème de l’afrobeat et des sonorités de l’afro-rock. Alors, forcément, il est plus facile d’annoncer sans pression l’arrivée d’ « Afro », pour le 12 février prochain.

Pour ceux qui en doutaient, Cerrone a toujours le modjo. On en a eu la preuve avec Funk Makossa, version 2016, en collaboration avec Dibango, du célèbre Soul Makossa, de 1972. Membre du groupe funk Kongas, collaborateur des dieux du funk et du disco, tels Neil Rodgers et Earth, Wind & Fire, le français a su également se servir des aptitudes de Tony Allen en alliage électronique pour nous offrir 2nd Chance.  Mais, ce qui impressionne le plus dans ces deux titres du prochain album « Afro », c’est la sonorité résolument contemporaine, moderne, ambitieuse de Cerrone. On aurait pu s’attendre à ce qu’il se limite à ce qu’il sait parfaitement faire, et qu’il surfe sur son nom. Pas du tout, le roi du disco, en France, nous prouve qu’il a le groove en lui, et une inspiration digne de ses plus grandes heures. On retrouve à la fois le disco fantastique qui l’a fait connaitre au monde entier, les sonorités afro des deux monstres sacrés, Dibango et Allen, l’électro superbement moderne et un groove de dingue. 

Vous l’aurez compris, Marc Cerrone est de retour et il pourrait bien enflammer une bonne partie de vos prochaines nuits !

Crédit photo : Marc Cerrone – lerideau.fr

Les commentaires sont fermés.