Money, spleen éblouissant

Money revient avec « Suicide Songs », ou la beauté de la tristesse. 

Ce n’est pas le cas de tout le monde, mais si vous avez connu l’adolescence dans ce qu’elle a de plus tourmenté, de plus insouciant, de plus déroutant, de plus dérangeant, de plus formateur, de plus indécis, vous êtes probablement passé par des phases où Jeff Buckley, Simon and Garfunkel, et autres chanteurs qui foutent le cafard, tournaient en boucle dans vos oreilles. On ne vous parlera pas de ceux qui, certainement sadiques et assurément masochistes, s’infligeaient volontairement du KYO. D’autres avaient la chance d’écouter du Bob Dylan. A côté de tout cela, vous avez aujourd’hui un trio anglais, répondant au nom de Money, qui, lui, a su plonger la musique dans les abîmes du spleen, de manière magnifique. Ils viennent de sortir leur deuxième album, « Suicide Songs », c’est sublime, on vous raconte.

Si la question est de savoir si la musique a une fonction cathartique, Money nous apporte une réponse absolument affirmative, avec leur deuxième album. Le trio britannique livre des titres où chaque instant est pénétré par une infinie mélancolie, une tristesse presque palpable et une nostalgie adolescente. Mais, le génie de Money est d’arriver à rendre le tout profondément beau, empli de vitalité et d’espoir. La voix du leader, Jamie Lee, possède ces tonalités rocailleuses, écorchées par moments, qui fonctionnent si bien dans ce type de musique, et se livre même, parfois, à des envolées superbes. Surtout, « Suicide Songs » célèbre la musique du cri et des passions les plus sombres, dans des ambiances quasi religieuses, et incroyablement poétiques. On comprend assez vite que le bonheur est une quête sans fin, qu’il file toujours au moment où on s’apprête à le toucher, que la satisfaction totale est elle aussi fuyante, et que le désir peut nous consumer. 

En fait, écouter Money et ses « Suicide Songs » c’est un peu suivre une thérapie en direct. Qu’il s’agisse de la nôtre, ou de celle du groupe, on ressent cette sensation de purgation de nos sombres passions. On ressort de cette expérience comme apaisé, soulagé. 

Crédit photo : Money – bellaunion.com

Les commentaires sont fermés.