Mort du philosophe André Glucksmann

Le monde de la philosophie est en deuil aujourd’hui. Le célèbre auteur et essayiste André Gluksmann s’est éteint dans la nuit du 9 au 10 novembre 2015, à l’âge de 78 ans.

Issu d’une famille d’origine juive polonaise, le philosophe est profondément marqué par la seconde guerre mondiale et l’occupation allemande. De ce fait, il se passionne pour la Résistance. D’orientation communiste d’abord, puis maoïste, André Glucksmann entame une réflexion sur les relations entre la philosophie et l’Histoire.

Dévoré par la question du Mal en politique, sa réflexion se développe dans Dostoïevski à Manhattan, publié un an après les attentats du 11 septembre. Dans cet essai, il développe une théorie selon laquelle les islamistes seraient les nouveaux nihilistes qui défient l’Occident.

Un philosophe engagé

Dans un monde intellectuel clairement marqué à gauche, il n’hésite pas à prendre partie pour Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Un acte politique qualifié par certains de courageux et où d’autres verront l’apostasie finale de son passé gauchiste. Moraliste engagé, André Glucksmann laissera sans nul doute l’image d’un homme qui n’a jamais transigé sur ce qu’il estimait être l’essentiel.

Ella Kefi

Les commentaires sont fermés.