Nine Elms : l’incroyable projet au cœur de Londres

2015 s’annonce comme un grand cru en matière d’architecture. Des projets pharaoniques à Monaco avec la Tour Odéon, mais aussi en Chine avec la Shanghai Tower, ou encore en Inde (la World One Tower) feront le bonheur des promoteurs immobiliers et des milliardaires du monde entier. Nous aurons tout le plaisir d’en parler dans les semaines à venir. Revenons quelques instants à une échelle plus humaine, et partons sur le champ à Londres, dans le petit quartier industriel de Nine Elms en banlieue sud, entre Vauxhall et Battersea.

Dominé par la masse écrasante de la vieille centrale électrique de Battersea, ce quartier ouvrier est en pleine reconversion depuis près de 30 ans. Dans cette zone de 195 hectares, proche de New Covent Garden Market -un des plus grands marché du pays- et de l’ambassade américaine, la mairie de Londres, avec la participation du district de Wandsworth, a investi près d’un milliard de livres pour la construction d’un nouveau « centre-ville ». Nine Elms deviendrait ainsi dans quelques années, un point inévitable de Londres avec sa skyline intégrée dans le décor industriel, ses espaces verts en bordure de la Tamise, et la construction de 18 000 habitations sur les deux rives du fleuve. Visant à développer cette partie de la ville, les quartiers de Vauxhall et Battersea changeront complètement de visage après les travaux. Avec des normes écologiques draconiennes, cette nouvelle génération de bâtiments sera une des plus belles vitrines de Londres, pour la promotion de son savoir-faire en matière d’urbanisme contemporain responsable, se replaçant ainsi au-devant de la scène internationale. C’est entre Vauxhall et Lambeth Bridge que sera la partie artistique et culturelle de Nine Elms. En effet, face à la Tate Modern il y aura des galeries d’art, des théâtres et des cinémas, et aussi de nombreuses librairies et musées pour suppléer aux besoins de connaissances des habitants. C’est donc un cadre de vie hors-normes, et ultra moderne, qui va s’offrir aux londoniens, redynamisant complètement la ville et sa périphérie. Tout sera fait pour faciliter les trajets entre Nine Elms et le centre de Londres, faisant venir de nouvelles personnes dans ce quartier moins connu de la capitale, pour profiter d’un endroit où l’on peut vivre, travailler, et se détendre les yeux sur la Tamise.

Afin d’attirer l’attention des publics anglais, et international sur ce projet, l’administration du district de Wandsworth a, depuis décembre 2014, lancé une compétition internationale pour la construction d’un nouveau pont entre Nine Elms et Pimlico dans la cité de Westminster. Fière d’un héritage architectural extrêmement connu autour de la Tamise (Albert Bridge, Millenium Bridge, ou la fameuse Tower Bridge), la ville de Londres semble vouloir s’illustrer encore en matière d’ingénierie et d’urbanisme avec ce nouveau pont. Pour l’instant au stade de simple projet, cette compétition est l’occasion pour près d’une centaine de cabinets d’architectes du monde entier, de tenter de remporter le contrat, et ainsi d’avoir une reconnaissance planétaire dans la profession. Pour les concurrents, le cahier des charges est redoutable : le pont devra s’intégrer parfaitement dans le paysage de la ville, alliant sécurité et modernisme pour les piétons et les cyclistes qui l’emprunteront. Il devra être élégant, pratique, et capable de supporter les 18 000 personnes qui y déambuleront chaque jour, pour un budget de 40 millions de livres.

Grâce au site du projet, nous avons pu sélectionner parmi les 80 candidats, ce qui sera sûrement l’image de Nine Elms dans quelques années. Les architectes et les ingénieurs semblent s’être concentrés sur les questions de circulation des personnes entre les deux rives, tout en y ajoutant une composante esthétique. En effet, sur la plupart des visuels, nous notons des espaces de déambulation rattachés au corps du pont, permettant de flâner et d’observer la ville de façon excentrée, et de changer le point de vue sur la Tamise et ses berges. Le deuxième point est l’architecture elle-même du futur pont. Nombreux sont les schémas reprenant l’héritage industriel du quartier, et posant ainsi une touche vintage sur le pont : poutres en acier, une couleur ocre rappelant celle de la brique, un assemblage du corps en verre, en bois et en fer, la présence de tunnels d’entrée et de sortie etc… de manière à l’inclure parfaitement dans son environnement. Car, comme le quartier de Nine Elms, le pont, lui aussi, sera l’occasion d’apporter une touche verte et dynamique à l’ensemble en incluant des micro-parcs, des murs végétaux, des cascades sur les piliers mais aussi des éléments de décor en bois, pour casser définitivement l’image ennuyeuse du pont en ville. Cette volonté de changement interroge la définition même de l’édifice : outre le moyen de traverser deux rives, celui-ci deviendrait un lieu à part entière, entre zone de loisirs et nécessité urbaine. Allant du plus élémentaire au plus fou, les 80 projets proposent autant d’idées que d’innovations, ou de délires architecturaux autour de ce projet ! Alors aller-y jeter un œil car cela vaut vraiment le détour, et tentez de deviner lequel sera le nouveau joyau de la Couronne, résultat cet été !

Site du projet

Une seule adresse, mais des ramifications tentaculaires autour du projet du quartier d’habitation, de celui des affaires et des loisirs, et enfin du pont.

Crédits photographiques : Wandsworth.gouv / Vauxhallone / The Communication Group.

Les commentaires sont fermés.