Novecento : pianiste

Pour tous ceux qui en ont assez de la ville, du travail et de la pollution, je vous emmène voir l’océan ! Ou plutôt sur l’océan ! Pour vous, les citadins, qui ne supportent plus le stress, le quotidien, la pluie, le froid, prenez ce petit livre, et régalez-vous !

Novecento est un monologue théâtral d’Alessandro Baricco, publié en 1994. Il raconte l’histoire de Danny Boodman T.D. Novecento .Il a été abandonné petit sur un paquebot reliant l’Europe à l’Amérique. Il est adopté par l’un des membres de l’équipage et ne descendra jamais sur terre.
Ce petit Danny développe un don pour le piano. L’histoire est racontée par un trompettiste et ami de Novecento. Ce dernier va inventer une musique étrange et envoutante que nul ne connait.

Ce livre, qui se situe entre une nouvelle et une pièce de théâtre est très facile à lire. Il est très court, et le style soutenu est abordable. Par le vocabulaire utilisé et les figures de style, le texte nous plonge dans le monde de Novecento qui, par sa vision décalée de la vie, nous permet de comprendre sa réalité.
On entre avec lui dans un monde ou jugement et critique n’existent pas. Son expérience est, certes, restreinte puisqu’il ne descend jamais du bateau, mais il s’intéresse aux autres avec une grande curiosité et une certaine naïveté. Il arrive à lire les expériences, impressions et sentiments de chaque voyageur et les retranscrit par la musique, en y apportant sa propre interprétation personnelle. Par son approche de la réalité, Novecento nous montre sa peur du grand, de l’infini.
La façon dont il aborde la musique est inhabituelle : les notes lui viennent naturellement, et, par les descriptions, nous comprenons la manière dont Novecento ressent ses notes et sa musique qui sont en parfaite osmose avec l’océan qui l’entoure depuis son plus jeune âge.

Le fait que le texte soit destiné au théâtre n’est pas une barrière pour le lecteur. Les nombreuses didascalies nous permettent de cerner ce que l’auteur veut nous faire comprendre et ainsi de plonger dans son monde. Les phrases sont parfois étrangement coupées et organisées nous donnant la possibilité de ressentir cette atmosphère étrange et musicale.

Je ne l’ai pas encore vu au théâtre, donc si vous voyez une affiche, prévenez moi !!

Aude

Les commentaires sont fermés.